Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Au contraire ? Parions que les arrêtés anti-burkinis seront jugés illégaux par le juge administratif, quand il se prononcera sur le fond. Il est donc à craindre que les islamistes et leurs alliés bénéficient demain d’une victoire juridique de plus.

burkini-sq2

Disons-le clairement : l’UFAL est résolument opposée aux injonctions visant à contraindre les femmes par le corps, qu’elles se prévalent ou non de la religion, même quand elles ne recourent pas à la violence physique, et même si certaines femmes disent s’y plier de leur plein gré. Le burkini et les tenues présentées comme « islamiques » en général sont à ce titre, non pas de simples expressions de la « liberté de religion », mais des ennemis de l’émancipation humaine. Ils doivent être dénoncés et combattus comme symboles d’une offensive politique communautariste dirigée contre l’universalisme républicain : mais par quels moyens ?

Peut-on exiger une mesure juridique d’interdiction chaque fois qu’un comportement nous paraît contraire à nos conceptions de la liberté, de l’égalité, et de la fraternité républicaines ? Non ! Ce serait renier nos principes mêmes. À ce compte-là, puisque les curés d’extrême-droite de la Fraternité Saint Pie X portent la soutane, il faudrait prendre des arrêtés interdisant le port de la soutane… comme celui pris le 10 septembre 1900 par le maire du Kremlin-Bicêtre, annulé par le Conseil d’État (certes, c’était avant la loi de 1905, et il s’agissait de tourner en dérision le concordat). Le ridicule de tels arrêtés n’est pas moindre que celui des tenues dites « religieuses ».

Certes, l’on peut légitimement tenir la liberté de porter une tenue discriminante et claustrante comme moins importante que les libertés républicaines, menacées par les offensives communautaristes, y compris symboliques. Mais toute stratégie de prohibition au coup par coup (qu’elle vienne de la droite réactionnaire ou, malheureusement, de certains républicains de gauche) est contre-productive, car vouée à l’échec juridique. C’est que le problème n’est pas juridique, mais bien politique et idéologique.

La force des islamistes, c’est qu’ils ont deux niveaux d’intervention qui ne se rencontrent jamais : un niveau privé, fait de pressions communautaire et religieuse dans la famille, le quartier, etc., où se déploie toute leur rhétorique patriarcale et liberticide ; un niveau public, où des associations comme le CCIF, s’érigent en gardiens de la liberté et du droit pour disqualifier toute tentative de dénoncer le premier niveau de leur action au nom des droits fondamentaux.

Il faut comprendre qu’ils y sont aidés par le cadre juridique français et international, notamment la jurisprudence : outre notre Conseil d’État, la CEDH (Cour Européenne des Droits de l’Homme) considère la liberté de religion comme supérieure à toutes les autres. Pour eux, le principe d’égalité femmes-hommes n’a ni portée juridique suffisante ni application concrète recevable : ainsi, la liberté d’une seule personne voilée « volontairement » l’emporte sur le droit des femmes en général (1).

L’islamisme est donc mis en mesure de retourner le droit contre la République ! Face à lui, une bataille exclusivement juridique est à coup sûr perdante. C’est au niveau de la société civile, dans les rapports privés, qu’il nous faut nous aussi intervenir : car la bataille est politique et culturelle. À force de répéter que la laïcité ne serait pas une « opinion comme les autres », on a perdu de vue que la République ne peut vivre sans l’action des militants armés de leurs convictions laïques et républicaines. C’est à cela également que l’UFAL s’emploie : la rejoindre est plus efficace que n’importe quel arrêté municipal.

Note(s)

1. Voir l’arrêt de la CEDH SAS c. France, 1er juillet 2014, sur la loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public, approuvant la position du Conseil d’État français.

Commenter cet article

Aline 27/08/2016 15:45

J"en ai plus qu'assez de toutes ces histoires, de toutes ces manipulations, de toutes ces bonnes et mauvaises intentions moi qui suis une femme toute simple qui croit et réclame les valeurs de la république. Laïque convaincue j'accepte que certaines personnes aient besoin de trouver du réconfort auprès d'une religion à leur convenance mais je n'accepte pas, plus que l'on piétine mes convictions. Je ne me retrouve dans aucun "Dieu" , moi à qui l'on disait enfant que Dieu était Amour, bon.....qu'il était tout puissant, voyait tout......Un jour j'ai su faire la part des choses, j'ai compris que tout venait des Hommes pour l'HOMME, et la Femme n'était toujours qu'un pis aller, quand elle était mise en avant c'était toujours avec l'accord d'un homme autrement la femme n'a gagné sa liberté 'consentie" qu'aux prix de grandes luttes.....Aujourd'hui que fait-on en France-république on ne me bassine qu'avec des problèmes religieux importés aux dominances extrêmes et sectaires. Cela fait des décennies que ces idées couvaient dans notre terreau fertile : un ex-gendre m'avait me protéger!!!car mes bras nus, mes pieds nus, mon décolleté pouvait être interprété pour une invit. Je fulminais "mais tu me parles de comportement animal, un homme sait se tenir, il parle......" et que dire de nos filles qui au collège ne voulaient plus que des pantalons et de ces gamines qu'on y trouve couvertes ou voilées aujourd'hui. Où la République a-t-elle fait jouer sa laïcité ? Et le quotidien dans les centres de vie sociale?? je n'ose même pas en parler tant il y a de belles découvertes mais aussi de recul... Un dernier point qui m'agace on doit toujours justifier de notre position religieuse, du porc.... et je précise que j'ai des amies musulmanes très pratiquantes mais dont la croyance ne se limite pas à un bout de tissu, nous nous acceptons comme nous sommes sans avoir l'aval d' un homme. Désolée de ne pas avoir été très agréable,disons que je souffre de ces événements et de cette chaleur. ALINE

MARX 25/08/2016 10:45

la liberté de religion est au moins aussi importante que la liberté d'expression des femmes, dans un pays démocratique; ce que nous constatons, c'est une offensive des conservateurs et des racistes contre les femmes musulmanes qui souhaitent se voiler ou porter un burkini sur une plage; et alors ? les femmes en 2016 en france sont toujours mineures pour ces élus et élues qui se parent du voile de la laicité pour mieux enfoncer les femmes les plus pauvres et les plus isolées des quartiers populaires en particulier; le gouvernement et les collectivités locales n'ont pas à imposer leur "mode" aux femmes sous le couvert de la lutte pour l'égalité, dans un pays où les femmes n'ont pas les mêmes droits que les hommes : pas de salaire égal, pas de poste égal, dans les entreprises et les administrations, pas de retraite égale, pas de droit à la contraception et à l'avortement soutenu par une communication visible et le financement du planning familial, pas de véritable parité dans la " soit disant représentaion politique" cf le nombre d'élues dans les collectivités locales !! pas de paiement obligatoire des pensions alimentaires pour les enfants en cas de divorce, lutte sournoise des administrations et des élus contre les associations de femmes non blanches au motif qu'elles sont communautaires : des subventions misérables aux associations de femmes des quartiers, des attaques constantes contre les femmes musulmanes par le lobby des élus originaires du maghreb en particulier mais chez eux ce n'est pas communautaire; les citoyennes de base en ont marre des discriminations et des attaques mesquines contre les femmes musulmanes elles s'estiment attaquées dans leurs droits de personnes humaines; de plus, la politique actuelle de droite et de gauche anti musulmane et anti femmes a des relents nauséabonds, cela rappelle la période 1930-1945 avec ses humiliations constantes anti juives ou anti roms, suivies ensuite d elois discriminatoires, puis de décrets enfin de camps, et de camps de la mort en europe; on parle de la tradition des lumières en france et en europe ? mais on devrait plutot se référer à la tradition des camps, du racisme, des persécutions et de l'affaire dreyfus; le silence des églises et des synagogues sur les persécutions actuelles est lourd de réminiscences, surtout en france; alors cher roger colombrier, merci de ne surtout pas hurler avec les loups et les macho