Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Liberté, liberté chérie

Une nouvelle fois, en ce 5 juillet 2016, jour de manif parisienne contre la loi El Khomri, les forces de police aux ordres du pouvoir socialiste se sont déployées autour de la Bourse du travail de Paris. Elles ont contrôlé toute personne, parfois par des fouilles au corps, qui entrait ou quittait les lieux. Comme si des syndiqués étaient devenus des délinquants notoires aux yeux de François Hollande, président de la République. C'est franchement intolérable.

Outre le droit constitutionnel de manifester, celui d'être syndiqué est tout aussi légitime. Il est la garantie que la démocratie fonctionne au travail, dans les services publics et dans les entreprises privées.

En renouvelant cet encerclement policier de la Bourse du travail de Paris, le pouvoir socialiste bafoue la loi et la démocratie. Mais il est vrai qu'il défend à tout prix la loi El Khomri par le 49-3 à l'Assemblée nationale et par la force dans les rues. Faisant siennes une fois de plus les désidératas du patronat.

Liberté, liberté chérie

En cette fin de matinée, plusieurs cars de CRS se sont placé Place de la République. Les CRS se sont déployés autour de la Bourse du travail.

L’objet de cette intervention policière est à nouveau de contrôler les syndiqué.e.s et toute personne qui quitte la Bourse du Travail 3 rue Château d’Eau. Ce contrôle inclut les fouilles au corps – comme s’il s’agissait de délinquants !

Après avoir tenté d'interdire la manifestation le 23 juin, les pouvoirs publics récidivent et tentent une fois de plus d'empêcher les manifestants de se rendre à la manifestation contre le projet de loi El Khomri qui part à 14h de la place d’Italie.

Cette intervention policière est inacceptable et participe au coup de force politique qu'est le recours annoncé au 49.3. L’Union départementale CGT Paris dénonce une entrave à l’activité syndicale et insiste sur la nécessité de mettre fin immédiatement à de telles procédures.

La CGT exige également l'arrêt immédiat de toute fouille et entrave à la sortie de la Bourse du travail.

Paris, le 5 juillet 2016

Liberté, liberté chérie

Plus fort que le 49.3, la détermination du monde du travail qui depuis plus de 5 mois exige le retrait du projet de loi travail !

MERCREDI 6 JUILLET 2016  de 17h30 à 19h30 - gymnase Japy,

2 rue Japy 75011 Paris. – Métro Charonne :

GRAND MEETING UNITAIRE : retrait de loi travail !

à l’appel  de l’intersyndicale (CGT, Solidaires, FO, FSU, UNL, FIDL, UNEF) et en réponse au nouveau coup de force  du  gouvernement qui utilise une nouvelle fois le 49.3 à l’Assemblée Nationale

L’objectif reste le retrait de la loi travail et d’obtention de nouveaux droits avec un code du travail du 21ème siècle 

Commenter cet article