Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le 34e congrès des médecins du travail se tient à Paris, depuis le 22 juin 2016. Cette profession dénonce le manque de moyens, la disparition des médecins du travail vu la pyramidede d'âges et la loi El Khomri qui réduit en vraiment pire la situation actuelle. Et bien, madame El Khomri ne s'est pas pointée devant les congressistes, elle leur a simplement adressé un petit message video.

Devant l'adversité, fuyons! Sauf devant la finance et sa fraude fiscale, avec qui le pouvoir socialiste est pote.

Bref, la ministre socialiste du chomage et de la précarité s'est faite huée et sifflée, elle a aussi fait rire pour les moins virulents. Du moins son image et son petit texte proclamant que tout allait bien madame la marquise et que ce sera encore mieux demain avec la loi qui portera mon nom pour les siècles des siècles.

"Au nom de la pénurie on modifie les textes, on ne trouve plus personne pour nous remplacer alors que le manque de médecins était prévisible ; les relations se durcissent avec les employeurs, ça devient très compliqué ; tout cela est voulu" a déclarée une congessiste. Le congrès rassemble 3 300 participants sur les 5 600 médecins du travail.

La France compte 5.600 médecins du travail en 2015, en charge de 17 millions de salariés. Faites le rapport. 40% d'entre eux sont âgés de plus de 60 ans et ils ne seront plus que 2.500 à l'horizon 2020. Faites aussi le rapport.

C'est l'article 44 de la Loi el Khomri qui détruit encore plus la médecine du travail déjà mal en point: Plus de visite médicale d'embauche, mais une "visite d'information et de prévention après l'embauche" diligentée pas obligatoirement par un médecin du travail, peut-être par la Cfdt qui est pour la loi travail. Puis des "rencontres de suivi" tous les 5 à 6 ans avec le même style. Aujourd'hui, existe un  dispositif de "surveillance médicale renforcée" pour les travailleurs mineurs, les femmes enceintes, les travailleurs handicapés et ceux exposés à diverses situations à risque. Là aussi, on s'achemine vers le moins disant médical. Autre mesure, le recours contre l'aptitude ou l'inaptitude effectué devant l'Inspecteur du travail se fera devant un référé prud'homal qui désignera un médecin expert. Exit l'avis médical du médecin du travail. Et qui supportera le coût de l'expertise? Sans doute pas la Cfdt.

L'intersyndicale CGT-FO-Solidaires-SNPST s'est élevée contre l'article 44 de la loi El Khomri. Même la CGC, au départ favorable à cette loi réactionnaire, semble faire marche arrière. Elle déclare que ce texte "va éloigner les salariés des médecins du travail. Ceux-ci ne pourront plus repérer les nouveaux maux tels que les risques psychosociaux, le burn-out, etc., ni proposer des solutions ou témoigner de ce qui se passe dans les entreprises."

La ministre du travail absente au congrès des médecins du travail: courage, fuyons!

Commenter cet article

morvan 24/06/2016 14:23

Allons, pas de soucis pour les médecins du travail en perte d'effectifs, on délèguera (ce qui leur resterait d'attributions au terme de la mise en oeuvre de la loi el khomri) aux postiers. Non ?