Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Bonjour Clémence, c'est ton deuxième anniversaire

J'avais écrit ces lignes pour la naissance de ma petite-fille Clémence. Pour son deuxième anniversaire, je n'y change pas un mot, sinon ce dessin qui précède, toujours d'actualité.

 

Bonjour Clémence

On recherche parfois très loin l'heure présente,

Jusque dans les cieux glacés et sans devenir,

Quand cette nouvelle vie qu'une mère enfante

Lâche un essaim de rêves droit sur l'avenir.

 

Alors, soudain, les jours ne sont plus monotones,

Le cercle s'agrandit en se joignant les mains,

Coeurs battant et baisers d'amour vont et résonnent:

Clémence bonjour, aujourd'hui comme demain.

 

Aparté: Ma petite-fille est née à Villeneuve d'Asq, dans le département du Nord. Un jour ou l'autre, tous ses lointains ancêtres de Bretagne, de Normandie, d'Espagne, du Midi ou bien d'ailleurs ont quitté les chaînes du labeur des champs pour venir se prolétariser dans la ville sous un autre joug. Tous les ancêtres de ma petite-fille ont été de cette classe ouvrière des champs ou des usines. Beaucoup ne surent ni lire ni écrire, pas même dessiner un soleil. On les a toujours méprisés. On leur a souvent jeté le pain comme à des bêtes. Les humbles auront-ils toujours tous les torts en ce monde ? Certains parmi eux n’eurent que peu d’espoir en s’expatriant d’une misère originelle, encombrés par leurs baluchons de vie mal ficelés. Surtout, ceux qui franchirent les Pyrénées pour la patrie qu'ils crurent des droits de l'Homme...

Le père et la mère de Clémence ne sont plus de la classe ouvrière. Pour autant, ils se sont syndiqués pour que, tous ensemble, nous décrochions les rêves du ciel afin de mieux les planter sur terre.

Bonjour à toi Clémence, puisses-tu, à ton tour, suivre ce chemin vers la treille prodigue, celle qui fleurit au bonheur infini et à la raison. Et pourquoi ne pas récolter, avec tous, la vendange ardente ainsi offerte.

Esteban, ton cousin, je le sais, sera à tes côtés pour ne jamais oublier ce que chantait un poète dans la Catalogne de vos ancêtres:

"Je viens d'un silence profond

Je viens d'un silence du fond des âges

Je viens d'un silence très long

Je viens d'un silence profond et trop long."

Commenter cet article

sorcière and co 07/06/2016 20:07

mes tout petits, mes chéris , nous vous apprendrons les chants qui délivrent, les chants qui rendent libres pour qu'un jour de vos voix hautes et claires vous puissiez rompre le silence qui entoure les valeurs de la vie