Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Présidentielle en Autriche: les néo-hitlériens presque au pouvoir avec 35% au 1er tour et 49,7% au second

Si mon titre choque, continuez à vous laisser endormir devant les médias de la pensée unique qui appellent cette progression en Autriche "populiste". Alors que le FPÖ autrichien a été formé par des nazis dans ce pays au lendemain du 8 mai 1945.

Il y a peu, le fürher de ce parti aux dernières élections européennes proclamait que "le IIIe Reich était libéral à côté de l'UE" et que "mis à part les Allemands et les Autrichiens, les autres commencent à travailler à 11 heures". Depuis, les eurodéputés FPÖ forment avec l'extrême droite française un groupe compact au Parlement européen.

70% de votants et seulement 31 025 voix d'avance pour le futur président de l'Autriche, Norbert Hofer, se présentant sous l'étiquette indépendante, mais avec le soutien des Verts. Par contre, aucune consigne de vote des socialistes autrichiens dont le premier ministre actuel est de ce bord, ni des conservateurs, partis éliminés dès le premier tour. Ils gouvernent l'Autriche en toute amitié sous le même bonnet pour flexibiliser le marché du travail, précariser le salarait et détruire les services publics. Bref, la loi Macron et le loi El Khomri à l'autrichienne et édictée par Bruxelles pour toute l'UE.

L'Humanité de ce jour titre à sa une: "dernier avertissement pour l'Europe". Quant à Olivier Dartignolles, porte-voix du Pcf, il parle de "soulagement, sans oublier le coup de semonce". Il n'y a pas plus d'avertissement ou de coup de semonce en ce dimanche 22 mai 2016, l'extrême droite progresse partout, parce que le capitalisme tire ce fer infect du feu, estampillé populiste par sa presse aux ordres.

En 1933, Hitler accède au pouvoir avec l'aide des forces allemandes de l'argent, quand ce ne sont pas celle des USA avec l'ultracapitaliste Ford. Pour sauver son hégémonie et perpétrer ses profits, le capitalisme sait libérer la bête immonde avec la complicité évidente des socialistes ou de la droite au pouvoir.

Pendant ce temps, en Grèce, également ce dimanche, la gauche dite radicale européenne d'Alexis Tsipras et du français Paul Laurent fait adopter par le Parlement un énième plan de rigueur: augmentation de la TVA, aggravation du régime des retraites, privatisations en vue des transports, de l'énergie, de l'eau, du courrier, des ports et des aéroports, etc.

Est-ce, une fois encore, parce que Syriza au pouvoir a un flingue sur la tempe, ou ce n'est qu'un reniement supplémentaire sur des promesses électorales en faveur de la paix, de la démocratie, du progrès social et de la justice?

En France, François Hollande et le PS gouvernent-ils oui ou non dans le même sens?

La CES, le machin truc des syndicats européens, avait pris position contre le référendum initié en Grèce pour ou contre l'UE. Toujours en France, en ce moment, hé, oh, la CES, et le soutien aux luttes contre la loi El Khomri et le pouvoir socialiste?

Commenter cet article