Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

La police-CGT critique la gestion du maintien de l'ordre

Solidaire du mouvement social, la fédération CGT de la police accuse les autorités policières d'avoir « laissé le champ libre aux casseurs » lors de la manifestation parisienne du 9 avril.

La CGT-police livre, dans un document fondé sur le vécu de «collègues de terrain», une version inédite des heurts très médiatisés qui se sont produits lors de la manifestation parisienne du 9 avril. À l'heure où de nombreux manifestants s'insurgent contre les violences policières, attestées à plusieurs occasions et en plusieurs villes depuis le début du mouvement d'opposition à la loi travail, ce témoignage apporte un éclairage utile, celui de l'autre côté de la barricade. Quand la CGT police exprime sa colère contre sa hiérarchie, ce n'est nullement pour dénigrer le mouvement social, mais pour contester une gestion du maintien de l'ordre qui vise au contraire à lui nuire.

Au fil de ces quatre pages, le syndicat dénonce un commandement «qui a laissé partir la manif de République malgré la présence de groupuscules violents anarchistes cagoulés», rappelant que des policiers avaient été blessés. À l'occasion de cette manifestation, le Mili (Mouvement Inter Luttes Indépendant) avait en effet publié un appel à «la jeunesse», l'invitant à prendre la tête du cortège et à ne pas se placer «en position défensive». L'organisation, qui a participé au «black block» du 9 avril, dénonçait notamment la répression policière : «Combien de personnes blessées depuis le retour du mouvement social? Combien de personnes arrêtées? Suffisamment pour ne pas pouvoir rester chez soi samedi 9 avril.»

Lire la suite sur Politis du 14 avril 2016. En Lien:

Commenter cet article