Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

capture d'écran de l'immeuble

capture d'écran de l'immeuble

C'est un immeuble de 4 étages, découpé en 78 appartements et construit en 1967, à plus de 200 m de la mer. Cela, c'était autrefois. Désormais, il se pointe à l'extrême limite d'un falaise dunaire que les flots rongent à chaque tempête. Lors de l'une d'elles, en janvier 2014, la préfecture a expulsé ses 78 co-propriétaires, moyennant en tout et pour tout 20 000 euros d'indemnisation.

Bien avant cela, les co-propriétaires s'étaient retournés vers la commune de Soulac-sur-Mer, la communauté des communes et même l'Etat, afin qu'ils entreprennent les travaux nécessaires. A défaut, être indemnisés en fonction de la valeur de leur bien évalué par les Domaines. Mais 0 + 0 égale la tête à Toto.

Alors fut saisie la justice administrative qui débouta sèchement ces gens qui n'étaient pas des grands. On revint devant la Cour d'appel de cette justice administrative qui confirma le premier jugement. Pire, celle-ci, dans ses motivations, s'appuie sur un article de loi qui fait incomber aux "propriétaires riverains de la mer d'assurer la protection de leurs propriétés" contre celle-ci. Dura lex sed lex, la loi est dure, mais c'est la loi. C'est clair, net et sans bavure et on ne commente pas, disent tous ceux que la loi n'accable pas beaucoup.

Sauf que cette loi est de 1804, prise sous la dictature de Napoléon 1er.

Vous avez dit réactionnaire?

En tout cas, quand la mer monte, j'ai honte de cette décision de justice.

Commenter cet article