Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le foot pro, celui du fric, des affaires et des lamentables faits divers, ne licencie pas, il suspend seulement... Et encore que...

Imaginez que vous auriez injurié salement et en public votre patron. Ou que vous auriez trempé dans quelque chose de pas clair question éthique professionnelle. Aussitôt, vous serez convoqué à "un entretien préalable en vue d'une sanction pouvant aller jusqu'à un licenciement". Cette procédure est prévue par le Code du travail et les patrons ne s'en privent pas pour grossir les rangs des sans-emploi.

D'ailleurs, si vous fréquentiez les Conseils de prud'hommes de votre coin, vous veriez qu'ils en abusent même, malgré que les bavards de la pensée unique vous bassinent avec les contraintes totalitaires du droit du travail sur la couenne des pauvres patrons. Comme si c'était le salarié qui exploitait son maître.

Bref, dans le clos du foot pro, celui du fric, des affaires et des lamentables faits divers, rien de tout ça. Un joueur du PSG-Qatar traite salement son boss dans une lamentable video qu'il rend publique. Une affaire de plus dans ce clos où le fric, coulant à flots, empêche la morale et l'intelligence de s'épanouir. A faire oublier pour toujours ses origines prolétariennes, celle du peuple d'en bas qui a dû suer sang et eau pour glaner un bout de pain.

Convocation à un entretien préalable toutefois. Ben oui, c'est le minimum de la procédure disciplinaire. Et la sanction est tombée: il jouera en équipe seconde jusqu'au 20 mars.

Pourquoi le 20 mars? Et bien, ensuite, il intègrera l'équipe nationale de la Côte d'Ivoire qui ne paie pas ses joueurs avec le dos de la cuillère, dans un pays où la misère est le lot quotidien de la population. Ensuite, il reviendra en Ligue 1 pour le PSG-Qatar. Tout cela, sans perdre un centime d'euro sur les centaines de milliers qu'il touche mensuellement. Le journal l'Equipe dit que c'est conforme à la jurisprudence du foot pro.

J'ai parlé de ce joueur. Michel Platini, suspendu durant 6 ans par la FIFA, l'instance suprême du foot mondial, est toujours rémunéré grave par l'UEFA, sans bosser, puisqu'il a interdiction d'assurer la moindre activité.

Mais il est vrai que les dirigeants du foot-fric et leurs joueurs ne s'aventurent jamais devant un Conseil de prud'hommes. ils ont des lois à eux qui les protègent. Ce n'est pas comme pour les travailleurs d'en bas en matière de faute.

Commenter cet article