Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Un petit train s'en va dans la campagne, un petit train s'en va de bon matin

Dans la campagne, façon de parler, car c'est de la nouvelle baronnie Languedoc-Rousillon-Midi-Pyrénées dont il est question et particulièrement des transports. Le vice-président qui en a la charge est du PCF libre et non faussé, tandis que la baronnie est régentée par une ex-secrétaire d'état du gouvernement Valls, lequel gouvernement, si vous ne le saviez pas, est aux affaires du pays en privilégiant la finance et le patronat.

Bon, on ne peut pas dire que le Pcf ait pris le train en marche lors des élections régionales en Languedoc-Rousillon-Midi-Pyérénées. Dès le premier tour, il s'était mis dans la liste conduite par un écolo partisan d'une EU fédérale et dont le parti, EELV pour ne pas le nommer, a voté toutes les lois anti-sociales de François de l'Elysée et découpé la SNCF en 3 morceaux pour mieux la brader aux intérêts privés.

Pour le second tour des régionales, la liste conduite par l'écolo pur et dur s'était ralliée à celle des partisans du Medef et de la Cfdt dirigée par l'ex-secrétaire d'état. Si cela avait été pour que Pcf ait des sièges pour porter sa voix dans la baronnie, la place du colonel Fabien à Paris n'en est pas à avaler son chapeau une fois de plus. Mais non, la nouvelle baronne lui a accordé deux places dans l'administration régionale à la sauce socialo. Dont celle des Transports. Grand écart ou numéro d'équilibriste? Chacun appréciera.

En page 17 de l'Humanité-dimanche, un petit article sur les régionales, intitulé:"La droite commence son sale boulot". Si j'étais méchant, je demanderai quel est le bilan de la gôche qui elle aussi poursuit son sale boulot, non? En fin de ce tout petit article: "Pour faire avancer une autre politique, le PCF-FDG devra se contenter de deux vice-présidents en Languedoc-Rousillon-Midi-Pyérénées et une en Bretagne, qui revient au colistier de Jean-Yves Le Drian contre l'avis de son parti". Là, pas question de grand écart ou de numéro d'équilibriste, c'est carrément à la soupe dès le premier tour avec un coco adjoint du ministre socialo de la guerre, en charge des transports et de la mobilité.

Dans l'édito de ce même Humanité-dimanche, Patrick Le Hyaric, rédacteur en chef et député européen de la gauche dite radicale, écrit: "Nous avons la responsabilité de produire un effort inédit dans le combat idéologique, pour bousculer, déverrouiller le "système politique"."

On commence quand, après avoir pris le train dans le Midi ou en Bretagne?

Commenter cet article