Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Hier, grande mobilisation dans la fonction publique, la FSU n'en était pas

2016, 6e année de gel du point d'indice des fonctionnaires, cette base de rémunération commune chez tous les fonctionnaires. Instauré par Nicolas Sarkozy en 2010, ce gel a été poursuivi par François Hollande. Mais hier, à Paris comme en province, à l'appel de la CGT, de FO et de SUD, la fonction publique s'est impliquée dans sa plus importante mobilsation depuis François Hollande à l'Elysée.

Ce n'est pas un secret de dire que le majorité des personnels de la Santé publique, de l'Etat ou des collectivités territoriales a voté pour le PS à la présidentielle et aux législatives, en 2012. C'est dire alors que leur colère est légitime par rapport à la trahison des promesses socialistes, notamment sur le pouvoir d'achat, l'emploi et les conditions de travail.

Pourtant, hier, la FSU, 1er syndicat à l'éducation nationale, ne faisait pas cause commune avec la CGT, FO et SUD, pour défendre le pouvoir d'achat, l'emploi et les conditions de travail. Certes, ce même mardi, elle avait appelé à manifester et à faire grève, mais que contre la réforme arbitraire de l'enseignement. Comme si cette revendication légitime n'était que le souci des seuls enseignants, quand l'école laïque et égalitaire est le bien commun à défendre par la nation toute entière.

Certes, il appartient aux syndiqués de la FSU de déterminer leur avenir dans le combat pour mieux vivre. Mais je le dis sans ambages à mes camarades de l'enseignement que je croise souvent dans des actions pour la justice sociale, le progrès et la paix, le bien commun passe inévitablement par la bataille commune.

Alors, à la prochaine fois, tous ensemble!

Fraternellement et pour le débat.

Commenter cet article