Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Des sous, des sous, des sous!

C'est à juste titre une revendication majeure pour les agents de la fonction publique. Ils manifesteront ce 26 janvier 2016 pour un service public et l'augmentation de leurs salaires. Mais c'est aussi ce que réclame le comité d'organisation autoproclamé pour une primaire à gauche et dont le JDD se fait l'écho.

500 000 euros qu'il faudrait à ce dernier pour l'organiser. Mais une primaire pourquoi faire? Celle organisée par le PS pour la présidentielle de 2012 s'est soldée par François Hollande élu reniant toutes ses promesses avec le soutien actif de son parti. Et Manuel Valls, représentant la droite du PS et dernier de ces primaires, se retrouve aujourd'hui premier ministre. Belle réussite!

Oui, mais nous, on ne veut pas de ça, semblent dire les signataires de cette pétition pour une primaire à gauche, dont Daniel Cohn-Bendit, député européen et chantre d'une Europe Fédérale pour gommer plus encore ce qu'il reste de la souveraineté des nations. Et quelle unité d'action entre tous ces signataires dont on ne peut pas dire, de plus, qu'ils participent en masse dans les luttes sociales actuelles?

Et des primaires pour trouver un Robin des bois, plutôt écolo progressiste quant à faire, contre le shérif de la finance et du patronat logeant à l'Elysée actuellement, en marginalisant une fois de plus les questions d'un programme politique vraiment anticapitaliste?

Et s'engager dans cette primaire sans vision ni boussole, loin du quotidien subi par les forces productives de la nation, n'est-ce pas nourrir le présidentialisme et l'illusion qu'il suffit de remplacer quelqu'un sur le trône de l'Elysée pour le progrès et la justice sociale?

Au sein du FG, le Pc semble ne pas rejeter cette idée de primaire. L'Humanité et l'Humanité-dimanche le montrent sur plusieurs pages. Jean-Luc Mélenchon, lui du Pg, dit le contraire.

Oui, on est très, très loin des aspirations populaires pour mieux vivre enfin.

Des sous, des sous, des sous!

Commenter cet article