Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Claude Bartolone, 3e personnage de l'Etat en tant que président de l'Assemblée nationale, conduisait la liste de gôche en Île-de-France au premier tour des régionales, puis celle de l'union de la gôche au 2e tour. Il n'y avait aucun danger pour que les bruns marine ne soient majoritaires dans la région capitale. Mais, comme on était entre bons amis à gôche, Fg et écolos s'étaient alliés avec les partisans du palais de l'Elysée pour ce deuxième tour.

De ce fait, sur les estrades, ils étaient tous venus, ils étaient tous là pour la lutte finale, groupons-nous et demain. Si j'en crois la profession de foi arrivée dans ma boite aux lettre, le samedi, veille du scrutin.

Claude Bartolone, qui passait sur tous les médias libres et non faussés, proclamait urbi et orbi qu'il avait la région capitale et ses travailleurs au coeur et qu'il les défendrait jusqu'à la dernière goutte de son sang. Comme si du haut de son perchoir, le président socialo de l'Assemblée nationale n'avait pas entériné toutes les lois anti-sociales de son pote François trônant à l'Elysée entre 2 guerres qu'il commandait. J'ai même entendu que le chef de la gôche en région capitale allait démissionner de son perchoir pour être le héros des petits hôtes de ce bois qu'est l'Île-de-France, la plus riche région de la Gaule.

Et puis battu dans les urnes, voilà-t-y pas que le chef de la gôche en Île-de-France, qui avait du coeur et plus que ça, demissionne de son mandat de conseiller régional, avant même que l'Assemblée régionale ne siège pour la première fois. Il s'en est retouné en haut de son perchoir doré, loin, très loin du vrai monde du travail qu'il disait défendre. Il va entériner à nouveau la politique droitière servie par le PS.

Je n'ai pas lu un seul communiqué des amis de la gôche plurielle dire que c'était une trahison.

Mais qu'est ce qu'ils ont rigolé les amis de la gôche plurielle, dans un meeting de soutien à Claude Bartolone. La preuve:

Claude Bartolone: trois petits tours -même pas- et puis s'en va

Pour ceux que ça intéresse, de gauche à droite: Emmanuelle Cosse, grand sachem des écolos, Claude Bartolone, le zorro héros de la gôche plurielle, Pierre Laurent, le patron de la place du Colonel-Fabien à Paris et Anne Hidalgo, la maire socialo de la capitale.

Commenter cet article