Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Pourquoi Jean-Pierre Bosino, sénateur PCF de l'Oise s'est-il abstenu?

S'il est certain que tous les députés Fg (et donc ceux du Pc) ont voté le tout-sécuritaire et l'extension de l'état d'urgence jusqu'au 3  février 2016, il n'en a pas été de même pour les sénateurs, eux tous du Pc. Pour rappel: 8 votes favorables et 11 abstentions. Pour autant, sans doute secret défense, qui a voté quoi dans un scrutin dit public?

J'ai repris le blog du sénateur Pc de l'Oise, il délivre le comment du pourquoi il s'est abstenu:

L’État d’urgence : les raisons de mon abstention.

Ce vendredi 20 novembre, alors que la quasi totalité des parlementaires a voté le texte présenté par le Gouvernement prolongeant l’état d’urgence, j’ai choisi de m’abstenir.

Maire d’une commune où le vivre ensemble est, depuis toujours, une réalité, j’ai d’autant plus été frappé par ces odieux attentats qui ont plus particulièrement fauché une jeunesse qui ne demandait qu’à se distraire, se cultiver, se connaître, échanger. En un mot : vivre.

Rien ni personne ne peut comprendre une telle fureur meurtrière, une telle horreur.

Je pense à toutes ces victimes innocentes, aux morts, aux blessés, qui pour certains luttent encore pour survivre.

Je pense à toutes ces familles meurtries, plongées dans une peine immense par ces lâches assassins.

Je pense aux forces de l’ordre qui, avec courage, détermination, professionnalisme, ont su mettre fin à ces tragiques événements.

Je pense à ces professionnels de santé, médecins, infirmiers, ambulanciers, brancardiers, aux pompiers, dont la rapidité d’intervention a permis que le bilan ne soit pas encore plus lourd.

Je pense à tous ces gens, voisins, passants, anonymes, qui spontanément, ont organisé la solidarité, le soutien, la protection des victimes.

Ces assassins fanatisés n’ont rien à voir avec les musulmans que je connais, que je côtoie.

Ce que les tueurs voulaient détruire, ce qu’ils visaient en tirant sur des innocents, en massacrant celles et ceux qui n’avaient d’autre tort que d’être là : la Liberté.

Cette Liberté qui fait la fierté de notre pays, la Liberté qui, depuis des siècles est, avec l’Égalité et la Fraternité, le socle de notre société, la base de notre en-commun, notre République.

Cette liberté de croire ou de ne pas croire, de pratiquer ou de ne pas pratiquer, cette liberté d’être ce que l’on est, celle qui créé le lien social d’autant plus indispensable dans la période de crise que nous traversons.

Réduire nos libertés, c’est là le projet politique et idéologique de Daech.

Quelques heures après ces actes de guerre, l’état d’urgence a été décrété en conseil des ministres. La gravité des événements exigeait l’application de cette disposition exceptionnelle.

S’il est incontestable que la situation, pendant les attentats et juste après, exigeait l’état d’urgence, j’émets un doute quant à sa prolongation pendant trois mois, sur l’installation dans la durée de cette mesure exceptionnelle qui vient affecter l’équilibre des pouvoirs au bénéfice de l’exécutif.

Si nos concitoyens sont demandeurs de sécurité, la première des libertés, c’est avant tout pour pouvoir continuer de jouir de leurs libertés, de toutes leurs libertés.

J’estime, bien entendu, que des mesures très larges doivent être prises pour faire face à la situation, mais, celles-ci peuvent tout à fait l’être dans le cadre de notre droit commun, avec un contrôle de l’autorité judiciaire.

Benjamin Franklin, disait « un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux ».

Cette réflexion a guidé mon vote.

En lien revoir mon article sur le vote des sénateurs PCF, pour d'autant plus confirmer son titre:

Commenter cet article