Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Nous qui luttons pour un monde de libertés, de justice et de progrès social.

La barbarie perpétrée par les théo-fascistes de l'état islamique, à Paris et à Saint-Denis, au-delà de notre solidarité active envers les victimes et leurs proches, doit nous porter à réflexions.

D'abord, j'écris état islamique et non Daech comme le capitalisme prétend dénommer cet état théocratique et fasciste. Il est bien un état et non une vulgaire ramassis de terroristes. L'état islamique, même si nous renions absolument ses idées scélérates, possède son gouvernement, sa justice, sa propre armée et son administration. Il frappe même monnaie. Il vend des vestiges historiques -car il ne les détruit pas tous-, le pétrole et autres ressources premières, tout cela pillé en Irak ou en Syrie, pour en tirer profits, sous les yeux des services de renseignements occidentaux dont notamment ceux des USA et de la France de François Hollande. Il vend tout cela en Turquie, base avancée de l'OTAN, organisation militaire au service du marché et dans laquelle la France de Sarkozy, puis celle de Hollande, participe à son haut-commandement.

L'état islamique s'est installé et a prospéré sur les failles inégalitaires ouvertes par le gouvernement irakien soutenu par les USA, après la chute de Saddam Hussein. L'état islamique s'est installé et a prospéré en Syrie, nation fracturée par une guerre civile alimentée par les "grands" de notre mauvais monde et les puissances régionales, chacun  cherchant à conserver son hégémonie et à l'agrandir. Mais ces dits "grands", qu'ils dirigent une monarchie ou une démocratie, gouvernent des sociétés dont ce n'est pas peu dire qu'elles ne sont ni égalitaires, ni sociales ni démocratiques.

La France, gravée dans le marbre de la Constitution est dite "démocratique et sociale". Mais dans la vie de chaque jour, dans les entreprises ou à l'école, n'est-elle pas plutôt offerte à la finance, à la spéculation et à la fraude des cols blancs, au détriment du vrai monde du travail, celui qui vend sa force de travail à peu de frais au patronat, que celui-ci soit l'état ou le secteur marchand?

François Hollande, président de la République, selon la 5e Constitution française, est chef des armées et sur ce point ne rend de comptes à personne. Même pas au Parlement sensé rassembler les représentatnts élus de la nation.

Et comme s'il voulait, à l'instar des USA, dialoguer avec ceux qu'il dénomme "terroristes", pourquoi n'ordonne-t-il pas de bombarder les installations pétrolières détenues par l'état islamique, comme les camps d'entrainements des théo-fascistes qu'il soient du califat ou d'Al-quaïda. Qu'aurait été l'Histoire, lors de la Deuxième guerre mondiale, si les alliés n'avaient pas pilonné à outrance l'industrie de guerre nazie, ses installations militaires et ses casernes?

Pourquoi l'OTAN des USA, qui a des bases militaires en Turquie, n'impose pas au pays dirigé par l'islamo-conservateur Erdogan de fermer ses frontières avec la Syrie, empêchant ainsi le marché noir des ressources premières pillées par l'état islamique en Irak ou en Syrie? Pourquoi l'OTAN ne force pas son allié et ami Erdogan à détruire les bases de repli des théo-fascistes situées en Turquie? Pourquoi la France et les USA restent les amis inconditionnels des monarchies pétrolières intégristes, lesquelles financent et arment les théo-fascistes partout dans le monde, pire même en Afrique  et contre qui l'armée française combat?

Au-delà de l'horreur induite par ces crimes contre l'humanité commis par l'état islamique, au-delà de la chaude solidarité envers les victimes et leurs proches, devons-nous nous rassembler dans un patchwork d'union nationale autour de François Hollande, père de la nation?

Ma réponse est non. Et comme je n'écris pas pour passer le temps, je ne veux pas oublier dans mon blog ceux qui dirigent notre mauvais monde, qui pillent et dénaturent notre planète, qui affament et génocident ses peuples. Durant tout mon temps, je ne me mêlerai jamais ni aux côtés de la bête immonde, ni dans le bord des dits "grands", l'une et les autres serviteurs du capitalisme.

A bon entendeur, salut!

Parlons vrais, entre nous, camarades

Commenter cet article

Lefèvre 16/11/2015 16:59

Arrêtons l’hypocrisie…
Combien de victimes, combien d’attentats, combien de crimes faudra-t-il pour que les dirigeants du monde, les véritables, c’est-à-dire ceux qui détiennent le pouvoir financier, mais également leurs protecteurs politiques, arrêtent d’engendrer des montres tels que DAESH au risque d’en perdre le contrôle ?
Au lendemain des attentats du WTC, tout le monde était d’accord pour dire que cette date marquerait l’histoire, qu’il y aurait un avant et un après 11/9…. Quinze après, aucunes leçons autres que sécuritaires et liberticides n’en ont été tirées, les règles de gouvernances économiques et politiques n’ont guère changé, le diable ne s’appelle plus Al-Quaeda mais Daesh, et on ne s’interroge pas davantage sur les véritables raisons d’exister et de prospérer de ce nouvel empire du Mal.
De tout temps, les possédants se sont sentis suffisamment puissants pour mettre en scène légalement ou non, des individus, des organisations, des pouvoirs susceptibles de satisfaire leurs intérêts. Daesh n’est pas une exception. Ne nous leurrons pas, si Daesh peut exister, c’est parce qu’elle sert des intérêts géopolitiques (USA, Russie, Emirats,..) et économiques (ventes d’armes, achats de pétrole, trafic de fonds,..) et, qu’opérationnellement, elle peut compter et renouveler de la chair « à canon » pour asseoir son idéologie et répandre la terreur.
La seule question à poser aux puissants qui régissent le monde : veulent-ils réellement nous débarrasser de Daesh ? Si oui, plutôt que de restreindre les libertés de tous au nom d’une sécurité qui ne sera jamais parfaite, qu’ils s’attaquent impérativement à leurs moyens d’exister, donc, à leurs ressources financières et humaines. Eux seuls ont les moyens de tarir les ressources financières de Daesh (suivi des transactions, confiscation des avoirs, refus de commercer avec eux,….). Et surtout, ils ont le pouvoir de rendre le monde plus équitable, de rendre la vie plus supportable, de créer les conditions de développement d’une société porteuse d’espoir pour tous, et par conséquent, de dissuader des hommes de trouver comme seul sens à donner à leur vie, celle de la sacrifier et de tuer leurs semblables.
« Rendez les hommes heureux, ils n’en seront que meilleurs. » (V. Hugo)

Plateaux 15/11/2015 16:36

Excellente analyse!

Jacmarat 15/11/2015 16:35

Excellent analyse!

c 15/11/2015 12:01

Je vais mettre le lien, mais là je fais un copier coller de ton texte pour éviter que la flemme retienne les" cliqueurs" d'aller le lire.

reinkingen 15/11/2015 10:45

Bravo pour cette excellente et courte synthèse.