Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Les téloches n'en ont pas parlé. Mais ce 24 novembre, le Tribunal correctionnel d'Amiens jugeait 8 ex-travailleurs de Goodyear, licenciés comme les 1 143 salariés du site français de fabrication de pneumatiques, lequel à mis définitivement la clé sous la porte en janvier 2014. Cocorico.

Avant cela, avec la CGT, les travailleurs ne s'étaient pas laissés faire. Ils ont revendiqué haut et fort le droit de vivre de leur travail à Goodyear-Amiens. Sans pour autant avoir volé la République en fraudant le fisc ni encore moins planqué de l'oseille dans un paradis fiscal.

Le site de fabrication fermé, la firme et 2 de ses cadres, qui avaient porté plaintes pour séquestration, s'étaient retirés de la procédure.

Pas le procureur de la République, le bras judiciaire du gouvernement et de madame Taubira ministre de la justice. Il a requis un an de prison ferme et un autre avec sursis contre ces pélés et ces galeux, parce que "dans un état de droit, même dans un contexte social difficile, on ne peut pas tolérer que vous vous rendiez la justice vous-mêmes."

Quel état de droit défendez-vous monsieur le procureur de la République, cette France qui laisse sur le carreau des milions et des millions de citoyens sans emploi et tous les autres dans la désespérance noire, alors que la fraude des cols blancs perdure et que l'évasion fiscale des patrons aussi, tout en délocalisant l'emploi? Merde alos.

Goodyear-Amiens: sous l'état d'urgence, la justice de classe se poursuit

Commenter cet article