Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

photo prise dans l'Humanité.fr du 27 10 2015

photo prise dans l'Humanité.fr du 27 10 2015

Aujourd’hui, mardi 27 octobre, les 5 salariés grévistes de la pizzéria La Mamma, à Paris, reprennent le travail après 23 jours de grève et d’occupation.

Leur grève, soutenue par la CGT Paris et l’US commerce CGT Paris, a commencé le 1er octobre.

Déclarés 17h par mois, 20h par mois, 60h par mois alors qu’ils  travaillaient en réalité 54 h par semaine (6 jours sur 7, 9h par jour). Leurs congés n’étaient pas payés. Leurs droits n’étaient pas respectés. Contraints au travail dissimulé depuis des années parce que leur patronne savait qu’ils étaient sans-papiers. Dès leur embauche, ils ont demandé à être déclarés à temps complet.

Depuis des années, ils demandaient à leur patronne de remplir les documents nécessaires à leur régularisation par le travail.

Serveurs, cuisiniers, plongeurs, depuis 10 ans, 4 ans, la patronne les a surnommé « Gino », « Gabriel », « Giovanni », « Marco », « Emilio » mais ils s’appellent Saïd, Hassen, Aymen, Mohamed Kamal, Aymen et Nader.

Lassés d’être exploités, sous déclarés, sous qualifiés parce que sans papiers, ils ont décidé de sortir de la clandestinité en se mettant en grève le 1er octobre 2015 et en occupant jour et nuit la pizzéria. 

Après 23 jours de grève, d’occupation, avec le soutien des camarades travailleurs sans papiers du 78, de la CGT Paris, de l’US Commerce CGT Paris, de l'UL CGT du 5e et 6 arrondissements, d’intenses négociations, un protocole de fin de conflit a enfin pu être signé vendredi 23 octobre.

Après 23 jours de grève et d’occupation ils ont obtenu :

  • D’être déclarés et payés à temps complet
  • Le paiement des heures supplémentaires
  • Le droit aux congés payés annuels et le paiement rétroactif de leurs congés payés
  • D’être employés suivant leurs qualifications réelles
  • Que leur employeur remplisse les CERFA nécessaires à leur régularisation
  • Leur convocation en préfecture

Cette lutte exemplaire n’a pu avoir lieu que parce que les 5 grévistes ont su rester unis et déterminés jusqu’à satisfaction de leurs revendications. En se battant pour la reconnaissance de leurs droits, ils se sont également battus pour l’égalité des droits entre tous les travailleurs et contre le dumping social.

La CGT Paris et l’US Commerce CGT Paris remercient les camarades travailleurs sans-papiers de l'UD du 78, tous les syndicats parisiens et tous les soutiens qui ont permis de tenir moralement et financièrement pendant ces 23 jours de grève à la Mamma !

Commenter cet article