Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le drapeau rouge des métallos CGT de la région mantaise

Entièrement restauré, il a été présenté lors des 120 ans de la CGT fêtés dans la région mantaise. Son histoire:

Depuis 1938, l'Union locale CGT de la Région mantaise s'est donné pour secrétaire général le métallo et communiste Gabriel Rouleau, par ailleurs président du Conseil de prud'hommes de Mantes-la-Jolie. Les métallos sont une force syndicale importante dans la région, animée principalement par l'ex- CGTU.

photo metaux132

les métallos CGT et leurs bannières devant la Bourse du travail

Tous ces drapeaux, confectionnés à l'occasion du Front populaire, sont de tous les défilés et manifestations dans la région. Mais seul celui des métallos est en soie et brodé à la main. Il a été fabriqué par le syndicat CGT des couturières, lequel prit une part active lors de la grève en mai-juin 1936. Il est dirigé par Marie Dubois dont l'époux, Robert, est un métallo, militant du PCF et de la CGT.

Après le honteux traité de Munich en 1938 approuvé par toute la classe politique française, sauf le PCF, Hitler a les coudées franches pour agrandir "l'espace vital du à la race aryenne". Si la Tchécoslovaquie, puis l'Autriche tombent dans ses griffes après le traité de Munich, le régime nazi regarde en direction de l'URSS peuplé de slaves, des sous-hommes selon le Reich hitlérien.

L'URSS, qui fut le seul état au monde à soutenir la République espagnole contre le fascisme, sollicite une alliance militaire à la France et à la Grande-Bretagne. Des pourparlers sont débutés, mais la France et la Grande-Bretagne lanternent à souhait ce qui aurait dû être un front commun contre le nazisme et le fascisme. Et le 11 mai 1939, lorsque le Japon, signataire d'un pacte avec l'Allemagne nazie et l'Italie fasciste, attaque l'URSS, les gouvernements français et britanniques n'avancent pas plus dans une alliance militaire. Finalement, l'URSS va battre l'armée japonaise le 16 septembre 1939.

Mais le péril de l'Allemagne nazie est toujours présent pour les dirigeants soviétiques. Pour créer un état-tampon entre l'URSS et le Reih hitlérien et récupérer les territoires perdus en 1917, le pacte germano-soviétique de non-agression est signé à Moscou, le 23 août 1939, en pleine guerre soviéto-japonaise.

C'est aussitôt un tollé en France contre le PCF et ses militants syndiqués dans la CGT. le 29 septembre 1939, le gouvernement promulgue le décret de dissolution du PCF et de toutes les organisations lui étant soi-disant inféodées. De son côté, la CGT exclut tous les communistes de ses rangs. A Mantes-la-Jolie, l'Union locale CGT, le Secours populaire et l'Association des anciens combattants républicains sont dissous parce que dirigés par des communistes. Tous les conseillers prud'hommes ouvriers sont déchus de leur mandat. Dans cette haine de classe, l'unique patron, qui siégeait encore au conseil de prud'hommes, ses homologues ayant démissionné lors du Front populaire, est lui aussi déchu de son mandat.

La CGT va être chassée de la Bourse du travail. Mais le commissaire de police Marcel Flamant, sympathisant, l'avertit à temps. Le drapeau des métallos va être dissimulé dans une cave avec celui de l'ARAC. La petite imprimerie syndicale (machine à écrire, duplicateur et stencils) est déménagée sur une brouette. C'est d'elle que vont sortir les premiers tracts de la Résistance communiste, dès août 1940, autour de Gabriel Rouleau, Robert Dubois, Louis Racaud et Robert le Maoût. Ils viennent d'être démobilisés. Malgré que les communistes aient été montrés à l'index, ils furent appelés sous l'uniforme dès la déclaration de guerre.

Comme Gabriel Rouleau fut longtemps premier dirigeant du PCF local, il est assigné à résidence par le gouvernement de Pétain. Mais la Résistance communiste se structure: imprimerie et drapeaux passent de cave en cave pour les sauvagarder. Dès que des tracts sont distribués en nombre, Gabriel Rouleau est interné au camp d'Aincourt par décret du préfet de Seine-et-Oise, puis à Rouillé comme "communiste dangereux".

Marie Dubois, qui est à l'origine de la confection du drapeau des métallos, est arrêtée par la police française pour faits de résistance. Elle est remise à la gestapo et condamnée par un tribunal militaire allemand à la peine capitale. Mais devant un élan de protestation à Mantes et à banlieue parisienne, parce que mère de 3 enfants, sa peine est commuée à la déportation aux travaux forcés. Elle arrive au camp de Lubeck-Lauerthof le 17 novembre 1942. Elle est ensuite transférée dans celui de Ravesbruck. Elle meurt d'épuisement au camp de Mauthausen, le 8 avril 1945.

Robert Dubois, son mari, dans la résistance communiste également, passe dans la clandestinité. Mais il est arrêté à son tour. Il meurt à Mauthausen, quelques jours après sa femme, le 5 mai 1945, sans savoir qu'il se trouvait dans le même camp. Il faisait partie d'un convoi Nuit et Brouillard, Nacht und Nebel en allemand ou NN. Ce décret nazi du 7 décembre 1941 ordonne que tous les opposants à l'Allemagne hitlérienne "disparaitront sans laisser de trace"  et qu'"aucune information ne sera donné sur leur lieu de détention ou sur leur sort".

Une rue de Mantes-la-Jolie porte le nom de Marie et Robert Dubois.

Libéré par la Résistance du camp d'internement de Rouillé, Gabriel Rouleau, dès septembre 1944, signale dans la presse régionale libre que l'Union locale CGT a repris ses activités et la Bourse du Travail.

Le 1er mai 1945, plusieurs milliers de manifestants au départ de la Bourse du travail. Gabriel Rouleau a tenu que le drapeau des métallos ouvre le défilé.

Ce drapeau vient d'être restauré par quelqu'un du métier. Il a recouvré son éclat et sa couleur d'origine, rouge comme celui du sang de l'ouvrier. Au verso du drapeau: Pour le Pain, la Paix et la Liberté, mots d'ordre du Front populaire. Toujours d'actualité!

Allez, le drapeau rouge!

Commenter cet article

caroleone 18/10/2015 20:08

Bonsoir Roger
Merci de nous livrer cette partie de notre histoire mantaise, c'est important d'en laisser une trace .
Et c'est important de restaurer la bandera roja de la CGT, un travail de mémoire nécessaire car les bannières qui servent s'usent, forcément. Elle va pouvoir continuer d'accompagner les luttes comme il se doit,car, les luttes continuent pour les droits des travailleurs.
Amitiés

caro

Plateaux 18/10/2015 20:05

Excellent