Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le 2 décembre 2015, 5 travailleurs d'Air France devant le tribunal correctionnel de Bobigny

Cela n'a pas trainé. Manuel Valls, premier vizir de François de l'Elysée, l'avait aboyé depuis l'étranger. Les "voyous" seront punis par des "sanctions lourdes". Entre 2 900 licenciements et 2 900 familles à la vie brisée d'un coup, les socialistes ont choisi la chemise de luxe de deux cadres supérieurs qui, eux, aux salaires conséquents, ne subiront jamais le choc d'être foutus à la porte.

La machine judiciaire et policière aux ordres du capital s'est donc mise en marche illico presto. Sans attendre. Il était question de 5 prolétaires et non pas d'un ex-ministre socialiste ou du plus petit des patrons ripous.

Ainsi, les forces de Bernard Cazeneuve, le chef de la police, sont venus saisir au petit matin des salariés d'Air France. Au milieu de leurs familles. Comme des criminels ou des terroristes. Ensuite, c'est la garde à vue dans les locaux de la police de l'air et des frontières. Des fois que ces "voyous" auraient eu l'idée d'embarquer vers un paradis qui protège les criminels au service du capitalisme. Garde à vue prolongée, parce que lesdits "voyous" sont passibles "d'une peine d'emprisonnement supérieure ou égale à un an".

Oui, mes amis et camarades, vous avez bien lu. Avant d'être jugé au nom du Peuple français, les services judiciaires du palais de l'Elysée intime à un tribunal la peine minimum encourue.

Les millions de travailleurs, qui ont voté Hollande pour virer Sarkozy, depuis mai 2012, n'en finissent pas de manger du pain noir. Mais très certainement, le PS et ses laquais subiront les bourrasques de la révolte populaire lors des élections régionales de décembre prochain. Dès le premier tour, ainsi qu'au second à l'encontre de ceux qui s'aboucheront à cette engeance. La lutte des classes ne s'expriment pas que dans les entreprises, elles doit aussi s'inscrire dans les urnes.

Mais d'ores et déjà, notre solidarité doit s'exercer envers les 5 travailleurs d'Air France, mais également envers tous ceux qui luttent dans notre pays contre les effets du capitalisme soutenu par la gôche, la droite et son extrême. Philippot, l'un des caïds de la bande des Le Pen, à la suite de la chose chez Air France, ne vient-il pas de déclarer que les syndicats sont trop politisés-sous-entendu la CGT!

Et le 2 décembre 2015, j'espère aussi qu'une vague de révolte, pour plus de justice et de progrès social, sera présente devant le tribunal correctionnel de Bobigny.

Commenter cet article