Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Puisque j'ai décidé de ne pas faire de commentaire sur l'article du journal Le Monde qui titre ainsi, je rappelle simplement que la gauche dont parle le journal est Syriza, le parti d'Alexis Tsipras, premier ministre de la Grèce, allié du FG français au sein du Parti de la gauche européenne, l'un et l'autre avec des députés siègeant à Bruxelles au nom de la gauche radicale.

Et voilà le début de l'article:

"Une standing ovation du Parlement hellène, et en guise de cadeau une médaille en or frappé du profil du stratège Périclès, dont le nom signifie littéralement « entouré par la gloire ». François Hollande a pu mesurer la sienne auprès des députés grecs de Syriza, vendredi 23 octobre. Dans un pays qui a vu naître de grands orateurs, le discours du chef de l’Etat français n’aura pas réinventé le métier. Mais cet accueil positif en dit long sur l’évolution politique de la Grèce ces derniers mois et sur cette majorité de gauche radicale contrainte de voir en M. Hollande son meilleur ami sur la scène européenne.
« François a été une des personnes qui m’ont convaincu que je me devais d’accepter un compromis difficile », explique Alexis Tsipras, le premier ministre grec, lors d’une conférence de presse commune entre les deux dirigeants. La position de la France, qui voulait à tout prix éviter la sortie de la Grèce de la zone euro, a été déterminante dans la signature d’un accord, le 13 juillet, qui a débloqué un plan de soutien en faveur d’Athènes en échange d’un programme de réformes drastiques. (...)"
 
Et vous pouvez lire la suite sur Le Monde.fr du 23 10 2015 à 18h37
François Hollande chaleureusement applaudi par la gauche (en Grèce): Sans commentaire

Alexis Tsipras à Bruxelles avec Jean-Claude Juncker président de la Commision européenne, ex-premier ministre du paradis fiscal du grand duché du Luxembourg, état fondateur de l'EU, ex-président de l'Eurogroupe, la monnaie unique.

Commenter cet article