Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

"Moi roy des Français Président, je vais accueillir 24 000 migrants en mon royaune France", dixit François de l'Elysée. Pour quoi 24 000 et pourquoi ce revirement de veste subi? Est-ce pour coller aux basques de l'Allemagne d'Angela Merkel?

Aucun des journalistes libres et non faussés, tous accrédités auprès du palais de l'Elysée, n'a posé ce genre de questions. Envers le monde des hors-sol, c'est se taire et faire courbette de la part des auxiliaires.

Et les rafales de Serge Dassault, ils vont bombarder la Syrie à coup de sucettes ou de gilets de sauvetage? Là aussi no question.

Pendant ce temps, hier à Paris, le PS s'est aligné sur son roi. Il a fait du grand guignol dans un meetinge soi-disant solidaire avec les migrants. Oui le PS est solidaire avec les populations civiles fuyant la guerre et la misère que la France entretient.

Et en pleine crise migratoire, le ministère de l'Intérieur écrit à la FASTI, Fédération des Associations de Solidarité avec les Travailleurs Immigrés, fondée dans les années 1960:"J'ai le regret de vous informer que votre projet n'a pas pu être retenu en regard des priorisations(sic) que l'administration a dû effectuer dans le cadre d'une enveloppe contrainte". Du coup, la subvention de 105 000 euros sucrée, le tiers du budget de la FASTI. Et sur les 8 postes de salariés, 3 vont passer par la case Pôle emploi.

La FASTI oeuvre au quotidien pour les droits des immigrés. Elle les alphabétise, leur offre des aides juridiques. Elle forme même des travailleurs sociaux. Mais la FASTI est aussi anticapitaliste et  tiers-mondiste. Elle ne s'est pas privée de critiquer fortement la politique gouvernementale en la matière. CQFD.

Au Mans, le sénateur-maire socialiste n'est pas content du tout.

Voilà plusieurs mois qu'il se démène pour accueillir 35 chrétiens syriens menacés de mort dans leur village par les théo-fascistes soutenus par les monarchies pétrolières intégristes amies du palais de l'Elysée. Jusqu'à ce jour, silence radio de Laurent Fabius ministre des affaires extérieures du patronat français. Alors, allô moi président?

Réfugiés: le grand n'importe quoi de l'Elysée socialiste

Commenter cet article