Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Alors que la COP 21, sous la présidence de François de l'Elysée, va discutailler du bon air qu'il faut à notre planète, l'ONF, service public gestionnaire de la forêt française, supprime des emplois.

Dirigé par Stéphane Le Foll, ministre de la FNSEA et Ségolène Royal, elle chargée de l'écologie capitaliste, l'ONF prévoit de supprimer plus de 600 postes. Il a perdu plus du tiers de ses effectifs en 25 ans. Il compte 9 200 agents dont plus des 2/3 sont des fonctionnaires. Cette réduction des effectifs, en plus d'abandonner des missions de service public, s'accompagne d'une augmentation de la charge de travail, puisque selon le système capitaliste au gouvernement, il faut saborder l'emploi public et détruire le service du même nom.

Le 1er juin 2015, un ouvrier forestier de l’Office national des forêts, mettait fin à ses jours. Un acte qui porte à trois le nombre de suicides à l’ONF depuis le début de l’année et à 38 depuis 2005. Sans reconnaissance professionnelle. Ben oui, comme le dit  Dominique Bouthier, directeur des ressources humaines, le faisceau d’explications est souvent plus complexe que l’unique cause professionnelle, tout en admettant :

« Même les proches ne savent pas en général. Il s’agit d’agents sur le terrain, la plupart du temps en deuxième partie de carrière, un peu perdus à cause de la série des dernières réformes organisationnelles, notamment la baisse des effectifs et le management par objectifs. »


Pourtant, même la Cour des comptes dirigée par le très socialiste Didier Migaud, dans un rapport de 2014, mettait en évidence un « malaise social profond et multifactoriel ».

« Les mauvaises conditions d’emploi et de travail ont contribué à ce nouveau drame intolérable », a estimé la fédération CGT agroalimentaire et forestière juste après le dernier suicide.
L'ONF a un nouveau boss depuis juillet: Christian Dubreuil de l'ENA. Pour rénover le dialogue social à l'heure où le gouvernement veut détruire le droit du travail et casse l'emploi public.
 
L'ONF est sensé gérer la 4e forêt européenne avec ses 10 millions d'hectares. Un marché qui ouvre l'appétit du capital libre et non faussée qui fait la pluie et le beau temps dans l'UE, le beau temps pour la finance et la spéculation bien entendu.
Déjà, par un partenariat(sic) public-privé, c'est à dire des fonds publics et du bénef pour le privé, Huttopia, des camps de vacances de luxe, est annoncé pour s'installer en pleine forêt publique. Loin, très loin de l'activité de l'ONF. Loin, très loin, d'une nature qu'il faut développer avec du personnel en nombre et formé.
Mais ce n'est pas l'objectif premier des ministres responables de l'ONF. Ni d'ailleurs de la COP 21 comme ils disent les bobos en tout genre pour les gogos.
L'Office nation des forêts en danger de mort, bonjour la COP 21

Commenter cet article

COTTY 07/09/2015 08:11

La destruction systématique du bien public s'accentue, nous vivons une époque terrible pour notre peuple.....Le capitalisme apatride et mondialisé étend son empire totalitaire....