Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Tel-Aviv - Gaza - Ramallah : chiche Madame HIDALGO ?

La maire de Paris, fille de républicains espagnols ayant trouvé refuge en France alors que la dictature franquiste semait la terreur et la mort, n’aurait-elle rien appris de l’Histoire, de sa propre histoire ? Au mois de mai dernier, elle a effectué un voyage officiel en Israël, puis très rapidement et discrètement en Palestine occupée. Avec à la clé, une journée « Tel-Aviv sur Seine », la semaine prochaine à Paris.

Un an après les massacres israéliens à Gaza, une telle initiative relève-t-elle de la naïveté, de la provocation, ou de l’affirmation d’un alignement sur la politique de la droite et de l’extrême droite israéliennes ? Une chose est certaine : l’ampleur de l’émotion provoquée par l’irresponsable décision du premier magistrat de la capitale française pourrait porter préjudice à la sécurité publique et à la politique étrangère – déjà mal en point – de la France.

Il y a un moyen de sortir de l’impasse. Transformer la journée Tel-Aviv sur Seine, en une manifestation de rassemblement pour la paix réunissant Tel-Aviv, Gaza et Ramallah. Chiche, Mme Hidalgo !

José Fort ( pris sur son blog)

le 9 août 2015

 

Note de ma pomme: Le PS, qui dirige la capitale de la France, persiste et signe pour Tel-Aviv plage, par la voix de son premier-adjoint, Bruno Juliard, sur les ondes de la pensée unique, vu que Tel-Aviv est selon lui une ville progressiste. Progressiste comme l'est la social-démocratie française qui, avec le parti travailliste dirigeant Tel-Aviv, est membre de l'Internationale socialiste chère à l'impérialisme international.

La campagne BDS (pour un boycot des produits israéliens fabriqués dans les territoires palestiniens occupés), elle, est dans le camp des vrais progressistes. Son communiqué:

Paris, le 7 août 2015

La Campagne BDS France dénonce la collaboration de la Mairie de Paris à une nouvelle opération de la Hasbara israélienne (services de propagandes) à travers « Tel Aviv sur Seine » annoncé à Paris Plage le 13 août prochain.

Un an après l’opération « bordure de protection » sur Gaza où Israël a assassiné plus de 2200 personnes dont 500 enfants selon les Nations Unies, moins d’un mois après le vote par le parlement israélien autorisant l’alimentation forcée des prisonniers, une semaine après les dernières violences coloniales qui viennent de brûler vifs tous les membres de la famille Dawabshah à Douma en Cisjordanie tuant le petit Ali Dawabshah de 18 mois, l’incursion de Tel Aviv dans Paris plage constitue une véritable provocation.

Imposer le pouvoir colonial sur les quais de la Seine dans une parodie grotesque de la « bulle » où sont enfermés les habitants de Tel Aviv , c’est vouloir nous imposer ce modèle de la ségrégation , de la discrimination et de la violence contre les populations civiles.

Un modèle que la campagne BDS refuse. Avec l’appel palestinien au Boycott Désinvestissement Sanction, elle choisit de boycotter la violence coloniale et toutes ses institutions.

Tel Aviv n’est pas une ville comme les autres. Construite sur les ruines de 7 villages palestiniens, elle est la capitale reconnue internationalement de l’Etat d’Israël : elle symbolise donc la politique de cet Etat.

Par la très faible présence d’habitants palestiniens, elle marque la volonté du régime israélien de se débarrasser de la population autochtone de la Palestine.
Célébrer Tel Aviv aujourd’hui à Paris, c’est tenter de normaliser la situation de colonisation, d’apartheid et d’épuration ethnique que subit le peuple palestinien.
Quiconque est soucieux des droits humains ne peut le supporter.
La mairie de Paris impose cette opération aux Parisien-nes qui ne sont pas d’accord avec sa collaboration et sa complicité.

Paris Plage devrait être une image du vivre ensemble dans l’égalité et le respect des droits de chacun et non pas celle d’un jumelage avec l’apartheid israélien !

Adressez vos protestations à la Mairie de Paris:

Commenter cet article

tafour 11/08/2015 15:00

Non à l'apartheid, nom à l’extrême droite non a Hidalgo