Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Ce jeudi, Alexis Tsipras demande une nouvelle fois quitus au Parlement.

Un nouvel accord, toujours sans doute avec un pistolet sur la tempe, a donc été signé entre la Grèce et ses usuriers. Mais le journal de Paul Laurent écrit qu'Alexis Tsipras a obtenu des concessions de la part de l'EU capitaliste, pardon libérale.

Bon, je ne suis pas éconmiste ni citoyen grec. Mais les privatisations vont s'accéler en Grèce avec les aéroports, l'énergie ou les îles touristiques. Les retraites anticipées vont être supprimées, comme les exonérations fiscales en faveur des îles: du coup, les produits de consommation et le carburant vont augmenter, vu qu'ils sont importés du continent. La réforme du marché du travail est en marche en "collaboration avec l'Organisation internationale du travail" dans laquelle le patronat ne compte pas pour rien, etc.

Attention, cet accord n'est pas finalisé. Il faut qu'il passe sous les fourches caudines de l'Eurogroupe, le conclave des ministres des finances qui n'a aucune légitimité sauf de défendre la concurrence libre et non faussée, soit les dogmes du capitalisme en Europe.

Dis coco, c'est toujours bien l'EU, ses carcans et son euro? Parce que je suis allé sur le site du Parti de la gauche européenne, European LEFT en anglais dans le texte. Le dernier communiqué de la formation européenne dirigé par le français Paul Laurent, du Pcf,  date du 11 juillet 2015. C'est peut-être les vacances...

Il y a quelques années de ça, le 10 août 1792 voyait la prise du palais des Tuileries à Paris et la chute de la royauté. Le 11 août 1792, la Commune de Paris, le peuple de Paris en insurrection, donnait congé à l'Assemblée législative qui patinait dans la choucroute, pardonnez-moi l'expression. C'était mon petit couplet sur cette histoire qu'on a oubliée.

L'UE continue de dicter ses conditions au gouvernement grec

Commenter cet article