Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

François de Rugy, patron des députés écolos, ne veut plus être écolo

Il le dit dans le Monde, journal toujours porte-voix des soutiens de François de l'Elysée. François de Rugy, qui aimerait entrer au gouvernement qui conduit l'austérité, en démissionnant d'Eelv, offre ainsi ses bons offices pour devenir ministre pour les hors-sol et le patronat.

Mais lui, chef de file des parlementaires écolos, n'avait-il pas voter, avec tous ses potes d'Eelv, la réforme qui a cassé le rail public en plusieurs morceaux pour mieux le brader au privé du ferroviaire et à la concurrence libre et non faussée du patronat routier?

Car la casse de la SNCF s'accentue. Lu dans le Parisien du 25 août 2015:

L’année noire se poursuit pour les usagers oisiens de la SNCF. Après d’importants retards en début d’année, ce sont cette fois les annulations des trains qui se multiplient. « Dimanche, neuf ont été supprimés. Lundi, il y en a eu sept.

 

Et ça continue ce mardi », regrette Alexis Cosma, président de Lutece, association de défense des usagers. En cause, un manque criant de conducteurs.

La SNCF ne s’en cache pas. « Nous comprenons l’agacement, assure Thierry Aelvoet, directeur de la communication régionale. Nous faisons notre possible pour atténuer la gêne en faisant appel à des conducteurs issus de la réserve nationale, mais ils ne sont pas tout de suite autonomes. Nous adaptons aussi l’offre de transport. » C’est ainsi que la ligne Creil-Beauvais devient la plus impactée. Ses trains peuvent être substitués par des cars, à l’inverse des lignes rejoignant Paris par exemple.

« Le problème, c’est qu’il n’y a eu aucune anticipation et qu’aucune amélioration n’est prévue dans l’immédiat », poursuit Alexis Cosma. Si la fin des vacances devrait permettre de rapatrier quelques nouveaux conducteurs, « il en manquera toujours une quinzaine », avoue Thierry Aelvoet. La dernière session de formation ne s’est en effet pas déroulée comme prévu. Sur les 20 nouveaux employés attendus, seuls 4 ont réussi l’examen. Les 16 autres font aujourd’hui cruellement défaut pour la bonne marche du réseau, alors que l’on compte environ 150 conducteurs à la base de Creil. Ils devraient repasser devant un jury fin septembre. D’ici là, la situation restera tendue.

Cette crise illustre la difficulté de la SNCF à recruter. Sur une centaine de candidats au poste de conducteur, seuls dix vont au mieux jusqu’à la formation, que certains abandonnent en chemin. Avec un taux de réussite avoisinant parfois les 40 %, il arrive que seuls deux conducteurs soient titularisés. Autre difficulté pour la SNCF : anticiper les départs. Jusqu’à la récente réforme des retraites, les conducteurs terminaient leur carrière à 50 ans. Ils ont désormais la possibilité de la poursuivre. Et lorsqu’ils décident d’y mettre un terme, leur préavis n’est que de six mois, alors qu’il faut un an pour former son remplaçant.

Et le journal populo, un rien perfide, de débuter son article par:

Sur la ligne Beauvais - Creil. Entre les réglementations à connaître et les apprentissages techniques, l’examen pour devenir conducteur de train est bien difficile. Au point d’occasionner de nombreux échecs, et donc un manque de personnel. (LP/F.C.)

Bon que le Parisien se rassure, avec la loi Macron, des autocars pour remplacer le train, sans trop regarder sur la sécurité, l'écologie ou le contrôle sur la santé desdits chauffeurs de cars.

Pour avoir été longtemps conseiller prud'homme ayant jugé des différents dans les transports routiers de personnes, avec notamment une Convention collective nationale au ras des pâquerettes et des visites médicales à l'emporte-pièce, les travailleurs de cette corporation sont vraiment des forçats de la route. En plus, avec l'UE et ses "travailleurs détachés", bonjour au moins-disant social!

Quant à la SNCF, François de l'Elysée va réformer le statut des cheminots à la sauce patronale. Gageons que pour tous les travailleurs du rail, les conducteurs de trains en particulier, s'il n'y a pas lutte, la régression sociale sera à l'ordre du jour  sous l'autorité de Ségolène Royal, ministre de l'écologie et aussi des transports.

Allez, monsieur François de Rugy et autres tutti quanti, bienvenu sous les ors de notre mauvaise république.

Commenter cet article

gushonteux33 12/07/2019 02:42

Il n'y a plus de limite pour ces irresponsables aux petits pieds pour la petite caste des incapables en France !Le pire dans le comportement inacceptable de ces gus consiste à désigner des boucs émissaires:sa directrice de cabinet n'a rien à se reprocher c'est pourquoi De Rugy la vire !Virer sa collaboratrice est censé éviter sa propre démission qui est pourtant très attendue !