Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

peut-être la rentrée du gouvernement et du PS...

peut-être la rentrée du gouvernement et du PS...

L'agriculture française est en crise et quel secteur ne l'est pas dans notre société capitaliste au sein de l'Ue des marchés libres et non faussés? Ceci dit, pour verser une larme sans doute mais sans s'attaquer aux causes, il est de bon ton d'avancer que tous les Français sont d'origine paysanne et qu'il faut être solidaire avec leur combat dont nos glorieux ancêtres furent partie prenante.

Quitte à déplaire, mais je ne suis pas du genre langue de bois, retour à l'histoire de France. Sous l'Ancien régime, notre pays vit dans une société majoritairement rurale. Certes, mais les 2/3 des terres sont la propriété de la noblesse et du clergé, soit tout juste 1/10 de la population. Le tiers restant des terres appartiennent à des laboureurs qui la cultivent ou la louent, ou à des bourgeois qui les afferment. Sous l'Ancien régime, un laboureur est propriétaire de son bien au contraire du journalier agricole, la majorité du peuple de la France rurale.

Les journaliers retrouvent la toute petite paysannerie dans la misère, celle dont l'exploitation n'excède pas 5 hectares. Mais cette petite paysannerie peut survivre avec une activité complémentaire à son labeur quotidien (travail de filature, tissage, artisanat, pêche...) Ce n'est pas le cas des journaliers, faut-il encore le rappeler.

Lorsque les domaines agricoles du clergé et de la noblesse sont "mis à la disposition de la Nation" par la Révolution française et vendus aux enchères publiques, la grande paysannerie et la bourgeoisie en sont les uniques bénificiaires.

Alors, de nos jours, sans méconnaître la crise sociale subie par le monde agricole, crise générée par la gôche et la droite, et les syndicats patronaux que sont le Medef et la Fnsea, libre à chacun de soutenir les actions des agriculteurs qui s'en prennent aux bâtiments publics et à ses personnels, à la Mutualité agricole -la Sécu pour les agriculteurs-. Libre à chacun de soutenir les actions de ceux ne souhaitant que des exonérations de charges et des aides publiques qu'elles soient de France ou de l'UE.

En fin de compte, ce sont les travailleurs et leurs familles qui paient cette casse, tout en payant au prix fort la production des agriculteurs quand ils ont le pouvoir d'achat pour l'acheter.

Pendant ce temps, Cooperl ou Xavier Beulin patron de la Fnsea et grand patron lui-même, les industriels de la transformation et de la grande distribution, comme les hors-sol de droite ou de gôche aux affaires du pays ont un bel avenir devant eux et leurs progénitures autant. Dans la Patrie hier des droits de l'Homme et du Citoyen ou tout un chacun devait naître et vivre égal en droit avec son voisin.

Roger Colombier dont l'arbre généalogique ne contient pas l'once d'un propriétaire terrien, mais des charretées entière de journaliers agricoles qui ne surent ni lire ni écrire et qui durent survivre, même si l'Histoire ne le raconte jamais.

En prime, un article de Canaille le Rouge...

Commenter cet article

COTTY 19/08/2015 10:39

Combien de temps notre peuple va t-il supporter l'infamie.....