Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Il est dirigé par le communiste André Chassaigne. Ce groupe Gauche démocrate et républicaine comprend 15 députés: un agglomérat Fg (2 ex-Pc, 1 ex-Pg et 7 Pc) et 5 députés ultramarins. Ils siègent à l'extrême gauche de l'Assemblée nationale. Que voteront-ils ce mercredi 16 juillet 2015, le lendemain de la célébration de la prise de la Bastille en 1789?

Le communiqué du lundi 13 juillet de Pierre Laurent, sénateur de Paris, dirigeant national du Pcf et du Parti de la gauche européenne, encense le premier ministre grec et François de l'Elysée. Il célèbre donc cet accord que pour ma part je considère comme un coup d'état contre le peuple de Grèce:

"Un accord de compromis a été trouvé ce matin par les chefs d'Etats de la Zone euro. Cet accord écarte le scenario du « Grexit » et l'asphyxie financière de la Grèce, voulus par Wolfgang Schaeuble et Angela Merkel, qui jusqu'à la dernière minute ont tenté la mise sous tutelle intégrale de la Grèce, la négation de sa souveraineté, sa soumission aux puissances financières, sa vente à la découpe.
 
Si un accord est signé, c'est grâce au courage du Premier Ministre grec. Pour la première fois, un chef de gouvernement a osé affronter les puissances dominantes qui pensent que tout leur est permis en Europe. Le soutien de son peuple n'a cessé de grandir depuis janvier pour cette raison. Je me réjouis que la France ait joué un rôle positif à ses côtés.
 
Certaines des concessions faites ont étés imposées à la dernière minute. N'oublions pas que ce fut sous la menace et après 2 semaines de fermeture des banques. Le gouvernement grec a fait un choix responsable, celui de permettre avant tout la stabilité financière durable du pays et l'investissement pour l'emploi et le redressement productif du pays. La dette sera rééchelonnée et les taux d'intérêts renégociés. Alexis Tsipras a confirmé son intention de faire porter les efforts sur les grecs les plus riches et de protéger les classes populaires. La BCE doit immédiatement décider la réouverture des robinets pour les banques grecques.
 
L'Europe vit des moments historiques. Les pressions et humiliations subies par Alexis Tsipras et le peuple grec durant tout le week-end soulèvent de lourdes questions pour nous tous, pour l'avenir de la coopération dans la zone euro. Le combat pour l'égalité des pays, le respect de la démocratie et de la diversité, pour la solidarité, pour la reconquête de pouvoir sur la finance doit se poursuivre. C'est une question existentielle pour un avenir solidaire dans l'Union européenne.
Tous les européens ont intérêt à amplifier leur soutien à cette bataille politique et leurs luttes contre l'austérité dans leur propre pays. J'appelle toutes les forces démocratiques et de gauche à travailler ensemble à un projet commun pour sortir l'Europe de la tourmente libérale."
 
Pour l'heure, aucun communiqué du groupe GDR ou des sénateurs communistes sur leurs intentions de votes. Ils vont se réunir ce mercredi matin à quelques heures à peine du vote au Parlement. Comme s'il fallait humer le vent avant de se prononcer. En d'autres temps, le PCF, celui qui avait participé activement à la Résistance, n'attendait pas le dernière minute pour afficher ses profondes convictions.
Durant ce silence criant, les charognards, eux, se sont déjà jetés sur la Grèce mise à terre. Dans les couloirs de Bruxelles, le Btp français Vinci s'est positionné dans le cadre des privatisations signées à Bruxelles entre l'EU capitaliste et Alexis Tsipras. Cela concerne les aéroports grecs. Vinci a mis déjà sous ses serres 10 aéroports portugais dont celui de Lisbonne. Vive donc le capitalisme libre et non faussée en Europe!
Allez, le temps des cerises pour ceux qui le veulent encore...
 
Que votera le groupe GDR à l'Assemblée nationale sur l'accord EU-Grèce

Commenter cet article