Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

La grogne agricole actuelle m'amène plusieurs réflexions. Rappelez-vous. L'UE fut créée pour mettre en place la concurrence libre et non faussée. Plus de capitalisme omnipotent sur notre vieux continent, mais du libéralisme(sic) et une concurrence qui devait se traduire par de meilleurs prix pour le consommateur et la possibilté pour les éleveurs de vendre le fruit de leur labeur dans un marché ENORME de plus de 400 millions de consommateurs.

Côte consommateur, chacun est à même de constater le prix de la viande et du lait dans la grande distribution libre et non faussée et le flou artistique sur les étiquettes Exemple: de la bidoche française exportée, charcuté hors de la Gaule, est toujours estampillée "française" dans les étals.

Côté éleveurs, forte de ce grand marché autant libre et non faussée, la FNSEA, le syndicat du patronat de l'agriculture, a toujours appuyé la marche en avant de l'UE et incité les agriculteurs à augmenter leur production, vu que l'el Dorado était à leur portée. Lequel syndicat patronal ne fait pas de mystère de ses liens étroits avec la droite, quand celle-ci n'a pas pris ses dirigeants comme ministre ou conseiller dans les cabinets ministériels.

Et puis de traité en traité, tous paraphés en dépit de la souveraineté des peuples, mais avec l'assentiment de la FNSEA, l'UE s'est agrandie avec des pays dont le moins disant social fait force de loi dans tous les domaines, côté travailleurs que côté agriculteurs. Et puis se sont greffés dessus les "travailleurs détachés" dont l'Allemagne droite-socialo d'Angela Merkel est très friande. Dans les abattoirs d'outre-Rhin, les salariés sont de cette sous-espèce: c'est à dire rémunérés avec un Smic inexistant en Allemagne et avec des charges sociales de leurs pays respectifs au ras des pâquerttes. Et voilà-t-y pas que du porc (par exemple) issu de ces abattoirs revient en France dans les supermarchés.

Il faut consommer français, a dit François de l'Elysée, lui qui rabaisse notre pouvoir d'achat tout en étant le chantre de l'UE capitaliste libre et non faussée, lui qui est d'accord que la libre Amérique mordre à peines dents en Europe avec son traité Tafta. Il faut des mesures d'urgences pour les éleveurs, a tonitrué la FNSEA et le ministre socialo de l'Agriculture, porte-parole du gouvernement, qui ne voulait pas se déplacer en Normandie, d'y aller en s'excusant avec mille courbettes.

Que des producteurs ne puissent pas vivre de leur labeur est franchement inhumain. Mais au pays des aveugles, les borgnes sont toujours rois. Et ceci ne vaut pas que pour les paysans.

L'Europe capitaliste de la concurrence libre et non faussée

Commenter cet article

canaille le rouge 22/07/2015 16:02

J'ai mis ma vision des choses chez moi je suis un peu moins tolérants avec la partie des régions de l'ouest qui certes étranglés n'ont jamais eu d'état d'âmes pour les autres victimes de l'adversaire qui les étrangle mais qui est notre ennemis qu'ils refusent toujours de considérer comme commun.

Aline 22/07/2015 15:33

Tu as bien tout résumé Roger, la Fnsea a bien trop souvent tiré la couverture à elle et récolte les fruits véreux de sa culture franco-européenne. Etrange tout de même, ces mouvements de mécontentement venant de ces agriculteurs sont très bien relayés par les médias qui n'ont pas pour habitude d'être aussi attentionnés avec le monde ouvrier. Autre constatation, les gouvernements avaient comme habitude d'attendre le départ des vacanciers d'été pour annoncer leurs mesures perfides, la pilule semblait-il passerait mieux et nous en avons avalé des potions amères, alors q'aujourd'hui il y a de moins en moins de départs pour le français moyen et de plus en plus de mesures restrictives que je demande comment les uns et les autres vont finir par réagir. Aline