Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

France, 6e puissance mondiale, la pauvreté synonyme d'échec scolaire

La téloche publique ne vous a pas trop informés du rapport du Conseil économique et social à ce sujet. Sous la direction de Paul Delahaye, ancien directeur de l'enseignement scolaire, il pointe qu'un enfant sur 10 (1, 6 million) vit dans la pauvreté. 34% des élèves sortants de l'école sans diplôme sont issus de familles ouvrières, 31% de familles d'employés et moins de 10% de cadres supérieurs. Mais cela n'intéresse pas les hors-sol, de droite ou de gauche. Ils préparent l'élection présidentielle de 2017.

Il faut pourtant savoir, alors que, quand les profits des actionnaires et les cadeaux au patronat explosent, le montant maxi de la bourse pour un collégien est de 357 euros par an. Soit 1,98 euro par jour de classe. Même pas le prix d'un repas à la cantine.

Les fonds sociaux pour les collèges sont passé de 73 millions d'euros en 2001 à 32 millions en 2013. Et de plus, les gouvernements successifs suppriment des postes de médecins et d'infirmières scolaires, et d'assistantes sociales.

Le rapport indique qu'une véritable ségrégation scolaire se met en place en France, notamment en banlieue parisienne, dans le Nord, dans la région lyonnaise ou Marseille. Dans ces territoires de la République dite sociale selon la Constitution, des collèges accueillent 2/3 d'élèves issus des couches populaires. Par contre, côté hors-sol, 6% des collèges accueillent 2/3 délèves issus des catégories sociales très favorises. Putains d'assistés!

L'INSEE a publié la carte de la pauvreté. A l'échelle régionale, la part de la population avec un niveau de vie en deçà du seuil de pauvreté reste la plus élevée en Corse, Languedoc-Roussillon et Nord-Pas-de-Calais (autour de 20%).

Au niveau départemental, en Ile-de-France se trouvent à la fois les départements ayant le plus fort et le plus faible taux de pauvreté, respectivement la Seine-Saint-Denis (27%) et les Yvelines  (9%).  Hors région parisienne, tout le Nord-Pas-de Calais, la Corse et le Languedoc-Roussillon (exceptée la Lozère) ont parmi les plus forts taux de pauvreté (entre 18% et 23%).

Par contre, le rapport du Conseil économique et social souligne la dignité de la part des citoyens pauvres. "C'est une véritable insulte à leur égard de considérer qu'ils se complaisent dans la situation d'assistés", alors que beaucoup ne sollicitent pas les fonds sociaux ausquels ils ont droit, dit Paul Delahaye dans l'Humanité du 4 juin 2015.

France, 6e puissance mondiale, la pauvreté synonyme d'échec scolaire

Commenter cet article