Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Ou syndrome d'épuisement professionnel, c'est à dire une maladie engendrée par le stress au boulot. Mais les bobos le disent en anglais dans le texte, sans doute pour épater le chaland. Or, le concept de cette maladie a été posé dès 1959 par le Français Claude Veil pour toutes les catégories professionnelles de l'époque. Mais hier, dans une téloche libre et non faussée, le burn-out frappait principalement les cadres et les commerçants. Ah bon et pas la caissière du super-marché ou l'ouvrier du BTP ?

Le député et ex-ministre Benoît Hamon, de la gôôôche du PS, a pondu un amendement à discuter dans la loi antisociale sur le dialogue social(sic) de son pote de parti François Rebsamen ministre du Travail: dire que le burn-out est une maladie professionnelle. Mais que va dire François de l'Elysée et son pote Pierrot du MEDEF?

Surtout,  le député du même métal, Michel Issindou, présente ce jour un rapport au Conseil d'orientation sur les conditions de travail. Le camarade est également membre de la commission des Affaires sociales à l'Assemblée nationale. Et que préconise-t-il? Plus de visite d'embauche par un médecin du travail, mais une visite "d'information et de prévention" par un infirmier du travail. La visite médicale sera effectuée par un toubb mais que tous les 5 ans et pour les "postes de sécurité". Si un travailleur déclaré inapte (on ne sait par quel miracle), refuse son reclassement, en le mutant ou en baissant son salaire, ou les deux à la fois: "cause réelle et sérieuse de licenciement".

Par contre, aux dernières nouvelles, l'amendement de Benoît Hamon a été rejeté par le président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

J'espère que Benoît Hamon ne va pas être atteint de burn-out. Non, ça ne touche pas les hors-sol a dit mon voisin.

On fait beaucoup de bruit sur le "burn-out"

Commenter cet article