Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

En son temps, Robert Ménard, président de Reporters sans frontières, était présenté comme le soi-disant Jeanne d'Arc défendant la presse. Et les mêmes qui l'ont encensé, subissent aujourd'hui ses invectives, maintenant qu'il est élu sous la bannière du conglomérat familial des Le pen et consorts.

Olivier Roirand, président du Club de la presse Languedoc-Roussillon et journaliste de TV Sud, et Sébastien Hoebrechts, vice-président du club et journaliste de Direct Montpellier Plus, avaient demandé à le rencontrer. Objectif : apaiser les tensions entre les médias locaux, notamment Midi Libre et l'édile d'extrême droite,
Le Club de la presse raconte: "Aucune discussion n’a été possible puisque Robert Ménard a immédiatement envoyé les deux journalistes  "se faire foutre", les chassant de "sa" mairie en proférant des insultes graves à l’encontre "des tocards", les journalistes locaux, "d'une sous-presse", les médias régionaux et "d'un journal de merde", le Midi Libre."
"Cette attitude est d'autant plus inconcevable que Robert Ménard a débuté en tant que journaliste local à Montpellier, a cofondé le Club de la presse et créé Reporters Sans Frontières en terre montpelliéraine", poursuit le Club de la presse. 
 
 
Bon, comment on dit lorsqu'on joue trop avec le feu?
Le maire d'extrême droite de Béziers n'aime pas les journalistes

Commenter cet article