Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Une nouvelle méthode, déchirer sa carte de presse

Après Cohen de France Inter voici Giesberg à la télé hier soir déchirant sa carte de presse protestant contre la " paperasse" à fournir. Giesberg est un retraité actif mais un retraité quand même de la profession. A ce titre, il a droit à vie à une carte de presse. Il s'insurge contre la "paperasse" demandée alors qu'il suffit de fournir des attestations (comme c'est normal) de ses employeurs, deux photos d'identité et un chèque d'un peu moins de 50 euros. Ah, j'oubliais, il faut fournir aussi un extrait de son casier judiciaire.

PS. Il y a quelques semaines, sous un prétexte fallacieux, Patrick Cohen a déchiré lui aussi sa carte de presse. Celle de 2014.

 

Valls, matamore? Corneille l'avait (déjà) bien dit

FR3 consacre le début de soirée de ce lundi à « Valls le matamore ». Avant d’en dire plus sur l'origine de « matamore », il est amusant de penser à nos amis les chats. Vous avez certainement déjà vu un de ces animaux qui, lorsqu'ils se sentent en danger, hérissent le poil de leur corps et de leur queue de manière à paraître plus gros et d'effrayer leur adversaire. Eh bien sachez que ces animaux, comme certains autres, pratiquent ainsi le « matamorisme ». Le mot « matamore » nous vient de l'espagnol « matamoros » qui signifie littéralement « tueur de maures ». Le personnage de Matamore apparaît en France dans des comédies dès le début du XVIIe siècle, mais c'est principalement "L'illusion comique" de Corneille qui en fait un héros célèbre. Comme le Capitan de la comédie italienne, c'est toujours un fabulateur qui se vante de prétendus exploits, au point que son nom deviendra un nom commun pour désigner un vantard souvent ridicule.

Et un petit dessin pour rappeler également qui est qui

Toujours l'oeil critique de José Fort

Commenter cet article