Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Les poubelles débordent à la Bibliothèque Nationale de France

Depuis jeudi, les employés du nettoyage de la BNF sont en grève avec Solidaires: 40 grévistes sur 45. Pour accentuer la politique de réduction des coûts, l'Etat et donc la BNF sous-traitent à outrance. Ce qui donne du beurre dans les épinards à des sociétés marchandes privées qui n'en ont pas besoin, au détriment des travailleurs. A la BNF, c'est Onet qui exploite le personnel du nettoyage.

Combien de fois ai-je condamné une société de nettoyage dans la section commerce du conseil de prud'hommes de Mantes-la-Jolie, pour infractions à la Convention collective nationale et aux droits conquis par les travailleurs?

Bref, Onet, c'est un major parmi les sociétés dites de propreté: 1,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires dont les boss sont la famille Reiner à 73,5% et la famille Peugeot à 22,3%. Le slogan publicitaire de Onet est des Services, des Hommes. Comme la société française est un société capitaliste, on comprend à qui on rend service.

Lorsque Onet a repris le marché de la propreté de la BNF en 2013 à un autre marchand d'esclaves à une autre société capitaliste, il y avait 65 salariés pour bosser. Onet a été obligé de les conserver sur le site, c'est la loi. D'où de nombreux passages devant les prud'hommes pour ces sociétés dites de propreté. Bon, les patrons libres et non faussés de Onet ont incité 20 salariés à quitter le site de la BNF. Tous ses travailleurs sont sous contrat à temps partiel. Ce qui a fait chuter l'effectif à 45. Davantage de boulot à parfaire et sans augmentation des salaires. C'est cela la lutte des classes.

Du coup, la grève pour réclamer des embauches et des heures complémentaires.

La BNF a communiqué à l'AFP: "ce conflit est interne à la société prestataire Onet". Point barre dans un république dite "sociale" selon la Constitution.

Qui est le chambellan du palais de l'Elysée chargé de la Culture? Dame Fleur Pellerin. La même qui s'occupe aussi de Radio France. CQFD.

Commenter cet article