Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le nouveau calendrier scolaire est arrivé... pour le patronat du tourisme

En annonçant ce jeudi 2 avril le nouveau calendrier scolaire pour les trois années à venir, la Ministre de l’Éducation nationale souhaitait certainement trouver un consensus autour de cette question récurrente et parfois source de crispation. Pour la CGT Éduc’action, c’est raté...

Nous regrettons que la construction de ce calendrier ait été menée en dehors de toute concertation et nous nous interrogeons sur le poids du contexte électoral et l’influence du monde économique.

Quant au maintien du zonage, les explications données indiquent les priorités actuelles du gouvernement : fusion des régions et faveurs au secteur économique. L’argument de la sécurité routière et de la fluidification du trafic vers les montagnes, si il prête à sourire, ne tient pas au regard de la réalité. Rappelons tout de même que plus de 80 % des élèves ne partent jamais à la montagne. Pour la CGT Éduc’action, le zonage doit être supprimé pour respecter, au mieux, l’alternance temps d’apprentissage et vacances.

Nous continuons également de dénoncer une rentrée des enseignant-e-s au mois d’août qui ne prend pas en compte les dates réglementaires de nomination et qui va obliger, une nouvelle fois, les stagiaires et les personnels nouvellement affecté-e-s à travailler sans couverture légale.

Si nous reconnaissons que l’harmonisation nationale du Pont de l’Ascension va permettre une égalité de traitement des personnels, nous dénonçons son utilisation comme leurre pour le calcul des semaines travaillées en fin d’année. Même en déduisant quatre jours, qui pourra croire que la dernière période scolaire ne comportera « que » huit semaines…

La CGT Éduc’action réaffirme que le calendrier scolaire doit avant tout être pour l’École et qu’il doit favoriser les apprentissages et les conditions de travail des personnels. Dans ces conditions, tout doit être fait pour que l’alternance 7-2 semaines soit respectée, quitte à revenir sur le cadre légal inscrit dans le Code l’Éducation.

 

Note de ma pomme: Pour les inégalités face aux vacances, le site de l'Observatoire des inégalités en lien:

Commenter cet article

aline 07/04/2015 10:58

J'attendais ton billet sur le sujet car en dehors du zonage je n'ai pas retenu le calendrier pour évaluer la situation dans sa totalité. Donc j'en reviens à la création, je suis d'une fratrie de 5 en milieu rural, je suis maman d'une fratrie de 4 en zone urbaine et mamie de 7 en zone urbaines (Ile de France et Centre). Ma mère râlait devant les vacances de printemps qui servaien-t aux riches pour aller skier mais qui n'avaient aucun intérêt pour les défavorisés, ceux des villes avaient plus de chances car club de sports, bibliothèques, activités de quartier.... tandis que dans les petits villages en campagne rien de tout cela, froid, pluie ou neige nous confinait dans des petits logements et à l'époque si la télé devenait plus commune on était encore à l'ORTF. Par contre j'ai connu les très grandes vacances qui permettaient de se rendre chez les mamies, les taties dans d'autres régions, elles étaient si longues qu'on finissait par s'ennuyer de nos amis et la rentrée se faisait sans regret avec le départ des hirondelles et les arbres qui jaunissaient. A la rentrée, l'école accueillait des nouveaux, qui s'intégraient facilement car le maître commençait le programme par des révisions et une remise à niveau des élèves dans ces écoles à classes multiples. Suis-je plus idiote, plus inculte ? - Pour mes enfants, les vacances de printemps étaient décevantes, se rendre chez mamie était agréable si il faisait beau et de plus les cousins étaient scolarisés. Les grandes vacances c'étaient dans la famille en campagne et à la mer (camping, villages vacances grâce aux bons CAF) le problème est que plus les vacances d'été rétrécissent, plus les petits budgets sont acculés, car tous se retrouvent en haute saison, celle à prix d'or et dont on se passerait bien, le problème se répercute sur les petites structures sociales : les petits villages vacances et les colos souvent issus de CE, ASSOC. ...... et qui existent avec de petits salaires et des bénévoles étudiants, personnels de l'éducation nationale.... ET j'oubliais si tu as un animal, tu casques (30 à 55 euros la semaine). Ne parlons même pas des personnes avec handicap, trouver des vacances abordables devient un parcours du combattant. On est bien loin de l'esprit des premiers congés payés! (ce n'est pas ce gouvernement qui rendra justice au monde du travail et à la famille - car j'ai oublié les enfants des couples éclatés dans les coins de l'hexagone) bon j'arrête Bonne journée Roger