Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le grand chef de l'Ump devient un "assisté"

C'est bêta pour lui qui crie, comme la droite extrême, à cor et à cris contre l'assistanat mais jamais contre les milliards d'euros publics que les socialistes refilent au patronat. En tout cas, cette nouvelle convocation devant la justice s'ajoute à cette fréquence judiciaire indédite pour un président de la République.

Bref, cette fois, le Nicolas de la droite était interviewé à cause des pénalités de sa campagne présidentielle de 2012 qu'il aurait dû régler de sa poche, vu que le Conseil Constitutionnel l'avait sanctionné pour faute grave dans ses comptes de campagne.

A cette époque, l'Ump avait organisé un "Sarkothon" pour régler ses dettes, dont les 363 615 euros de pénalité. Toujours à cette époque, la droite avait viré son boss Jean-François Copé, mouillé dans la piscine de Ziad Takieddine, de Bigmillion, de Bygmalion. Un trio de chapeaux à plumes, les fameux Juppé-Fillon-Raffarin, géraient la place-forte. Et contrainte et forcée, l'Ump avait dû signaler les faits précités au parquet de Paris: C'est donc bien l'Ump, dont le nouveau boss est Nicolas Sarkozy, qui a porté plainte.

Bon, les juges d'instruction, catégorie que Nico voulait supprimer, ont placé ledit Nico en qualité de témoin assisté.Il n'est donc pas mis en examen, jactent les médias aux ordres.

En fait, le terme témoin assisté a été inventé par le pays qui se prévaut de la déclaration des Droits de l'homme et du citoyen. Il permet à des hors-sol d'échapper à la mise en examen, malgré que les intéressés soient toujours visés par les poursuites judiciaires.

Ben oui, comme l'écrit Le Figaro du 1er avril 2015: "Cette procédure de placement sous statut de témoin assisté est très utilisée, notamment dans les «affaires»: Jean Tiberi, l'ancien maire de Paris, a ainsi été témoin assisté» dans le dossier des faux électeurs du Ve arrondissement, avant d'être condamné. En 2007, dans l'affaire des emplois fictifs du RPR, Jacques Chirac avait d'abord été entendu comme témoin assisté. En 2011, Éric Woerth avait lui aussi été entendu comme témoin assisté par la Cour de justice de la République, sur la vente de l'hippodrome de Compiègne." On ne lui fait pas dire.

Un syndicaliste, pris comme meneur dans une manif ou dans une occupation de locaux, est mis en examen. Ne cherchez pas l'erreur.

Commenter cet article