Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

C'est contre les Roms qu'il en a, Dominique Granier, délégué FO dans les transports urbains de Montpellier. Attention, dit-il, il n'a rien personnellement "contre ces gens-là". Non,  c'est à cause "d'un danger sanitaire".

Figurez-vous que ces "gens-là" portent sur eux "une véritable infection". Du coup, le monsieur propre de FO propose une navette spéciale entre leur camp et le centre ville. Ben oui, il faut bien quand même que leurs mioches aillent à l'école de la République dans la patrie des droits de l'homme et du citoyen.

Banco, a semblé lui dire un autre conducteur de bus. Lui, c'est Djamel Boumaaz. Figurez-vous qu'il est conseiller municipal d'extrême droite. Est-il syndiqué à FO, le journal l'Humanité n'en parle pas. En tout cas, Djamel Boumaaz, interrogé par France-info-tv explique les difficultés des conducteurs sur la ligne 9: "Certains n'acceptent plus de toucher les pièces de monnaie qui leur sont données par les Roms pour payer leurs titres de transport." Question de ma pomme: et s'il ne payait pas ces "gens-là"?

Bon, l'affaire est venue devant le CHSCT de la société de bus urbains par le monsieur propre du syndicat FO.

Attendez messieurs Dominique Granier et Djamel Boumaaz, durant la Deuxième Guerre mondiale, on a fait beaucoup mieux: des wagons plombés et à l'arrivée une douche pour de faux. "Un détail", a réaffirmé ler fondateur et président d'honneur du parti d'extrême droite de la tribu Le Pen. Qu'en pense son pote Djamel Boumaaz?

J'oubliais. Le camp de vacances des Roms, plusieurs centaines de ces "gens-là", n'a en tout et pour tous un unique robinet d'eau. C'est peut-être un détail ça aussi dans la patrie des droits de l'homme et du citoyen.

Un livre qui n'intéressera peut-être pas les sus-nommés:

Bus Montpellier: FO relance l'apartheid

J'y ajoute quelques mots de ma composition pour les coeurs épris de liberté et de fraternité:

Le rêve n’est pas dans le haut du ciel

pas plus à midi qu’il ne serait à minuit

Il n’est pas un tremble fugitif séparé de la vie

Ni la clé magique pour la bonne saison

Non

Le rêve est à portée de cœur

Dans les chemins fiers qui se croisent

 Dans la parole majuscule qui écrit fraternité

Le rêve n’est jamais silence

 ni désespéré

Il est le cri qui devient visage et couleur

et donne à la terre maternelle sa moisson humaine

Le rêve est aujourd’hui

Il est toujours

Ouvrez votre porte il vous attend

Commenter cet article

sorcière and co 11/04/2015 19:51

oui le rêve est à portée de coeur, il est fraternité, il est humanité, il suffit de tendre la main et de toucher l'autre avec sa vie, avec sa peine et sa douleur
merci pour ce poème puisse t il racheter les coeurs secs et froids de ces tristes sires de montpellier

caroleone 11/04/2015 15:29

Je crains que cela ne soit de mal en pis avec tous ses élus du fn qui ont pignon sur rue à présent.
Rien ne va jamais dans le bon sens.
Très joli texte Roger, j'aimerais qu'il puisse faire mouche.
Amitiés

caro