Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

D’autres plus compétents que moi analyseront les résultats du premier tour des élections départementales. Mais j’ai lu tellement de posts d’espoir incantatoires avant le scrutin, suivis ce matin de messages accablés et désespérés, qu’il me semble utile de rappeler une donnée essentielle : la France était et reste un pays réactionnaire.

On brandit à juste titre les moments glorieux de notre Histoire (la Révolution, la Résistance etc…) en gommant souvent le reste. La France c’est aussi entre 1789 et 1799 la Contre-Révolution illustrée par les aristocrates émigrés à Coblence, les penseurs catholiques, royalistes et les chouans ; c’est le soutien des classes dominantes à Thiers pendant les fusillades de la « Semaine sanglante » lors de la Commune de Paris ; c’est le très large soutien populaire au régime de Vichy ; c’est, à la veille de la Libération, le rassemblement autour de Pétain place de l’Hôtel de ville de Paris quatre mois avant que De Gaulle soit acclamé au même endroit ; c’est l’approbation majoritaire des Français (au moins au début) des guerres coloniales au Vietnam et en Algérie ; c’est, plus près de nous, le soutien de l’opinion publique aux bombardements de la Libye et à d’autres opérations militaires avec les effroyables retombées, notamment le terrorisme. J’arrête la liste. En ajoutant que la victoire du Front populaire fut obtenue d’une courte tête, que l’élection de Mitterrand fut le résultat d’un déplacement de 200.000 voix et que l’arrivée de Hollande s’explique par un rejet massif de Sarkozy.

En fait, il n’y a rien de très nouveau dans notre beau pays. La droite retrouve son score moyen, le PS paie ses mensonges et sa politique de droite, le Front de gauche se maintient avec difficulté, le peuple abstentionniste se tenant loin de la vie de la cité et souffrant en silence pendant que les héritiers du pétainisme et de la milice surfent sur le malheur des gens et l’irresponsabilité des gouvernants qu’ils soient PS ou de droite.

A mes amis désespérés qui, quelques heures avant le scrutin étaient étrangement euphoriques, un conseil : restons lucides sur la réalité du pays pour mieux construire l’édifice qui nous permettra de combattre efficacement la France réac.

José Fort

 

Note de ma pomme: José Fort fait allusion au déplacement de Pétain à Paris le 26 avril 1944, aux lendemains des premiers bombardements alliés sur la France, dont celui très lourd sur la capitale dans la nuit du 20 au 21 avril, préparant le débarquement du 4 juin. Un document de l'INA montre Pétain, en compagnie de Laval, venu manifester son soutien aux Parisiens et donc à la France

C’est la première fois depuis 1940 que Pétain retourne dans la capitale. Il assiste à une messe à Notre-Dame en mémoire des victimes. La foule est importante, les Parisiens sont venus nombreux. Ces images sont avant tout une propagande pour le régime collaborationniste. Mais dans cette foule, il y a beaucoup de gens muets, des hommes soulevant leur chapeau en signe de respect et des femmes en larmes.
Ce n’est plus l’adhésion des premiers jours, les Français ne suivent plus le régime depuis longtemps, mais la personne de Pétain conserve un réel capital de sympathie. Pétain déclare souhaiter rentrer enfin à Paris afin de s’y installer. Il réaffirme encore la nécessité pour les Français de ne pas prendre part à cette guerre et continue donc à condamner la Résistance.

2 jours plus tard, dans un discours à Vichy, capitale de l'Etat français, Pétain affirme : « Cette prétendue libération est le plus trompeur des mirages auxquels vous pourriez être tentés de céder. […] Français, quiconque parmi vous participe aux groupes de résistance compromet l’avenir du pays. Il est dans votre intérêt de conserver une attitude correcte et loyale envers les troupes d’occupation. […]"

La France réac par José Fort

Commenter cet article