Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Dis madame Taubira, pourquoi l'apologie de l'esclavagisme n'est pas punie par la loi républicaine?

Tu ne pourrais pas en causer à François de l'Elysée, toi qui es ministre de sa justice et native de la Guyanne, cette ancienne colonie française qui usa de la servitude d'origine africaine, cet esclavage régi par les textes du Code noir de 1685?

En effet, ta loi, madame Taubira, du 21 mai 2001, reconnaît bien l'esclavage et la traite négrière comme crimes contre l'humanité. Mais elle n'en sanctionne pas ceux qui en font l'apologie.

Dès lors, la Cour de cassation, dans son arrêt du 5 février 2013, a cassé la condamnation de M. Despointes, grand propriétaire blanc martiniquais. Celui-ci avait été condamné en première instance et en appel pour ses propos, notamment sur Canal plus: «Dans les familles métissées, les enfants sont de couleurs différentes, il n’y a pas d’harmonie. Moi, je ne trouve pas ça bien. Nous on a voulu préserver la race.» «Les historiens ne parlent que des aspects négatifs de l’esclavage et c’est regrettable (…) les bons côtés de l’esclavage et les colons qui étaient très humains avec leurs esclaves, qui les ont affranchis et qui leur donnaient la possibilité d’avoir un métier ».

Oui, la Cour de cassation a cassé sa condamnation parce que la loi sur la reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’humanité ne comporte aucune disposition répressive.

C'est pourquoi Elie Demota, porte-parole du Collectif contre l'exploitation outrancière et secrétaire général de l'Union générale des travailleurs de la Guadeloupe, a adressé une lette ouverte au président de la République en date du 30 janvier 2015. En réaction au projet de création d’une stèle à la gloire des premiers colonialistes arrivés en Guadeloupe en 1635. Il faut préciser que face aux nombreuses réactions d’opposition et au refus de la municipalité de Sainte Rose, le cercle culturel Auguste Lacour, initiateur du projet de stèle, vient d’annoncer l’abandon de son projet.

Elie Domota conclut son adresse à François Hollande : «Que comptez-vous faire pour mettre fin à ces insultes qui font l’apologie de l’esclavage et de la traite négrière au moment même où chacun parle du vivre ensemble ? ».

 

Pris sur Michel el diablo, son article en lien:

coupe horizontale d'un navire négrier

coupe horizontale d'un navire négrier

Commenter cet article