Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le journal Nice-Matin relate qu'une fillette de 10 ans, élève en CM2, a été entendue par la gendarmerie chargée de la prévention de la délinquence juvénile à Cagnes (06). L'élève avait écrit dans une rédaction: "Je suis d'accord avec les terroristes d'avoir tué les journalistes, car ils se sont moqués de notre religion."

Le journal écrit: "Dans le cas de la fillette scolarisée à l'école primaire de Garbejaïre, à Valbonne, c'est une employée municipale qui a alerté les gendarmes, alors que ce n'est pas la procédure classique qui doit d'abord passer par le personnel éducatif avant de déboucher sur un éventuel signalement au parquet."

Finalement, "l'affaire" a été classée sans suite par le procureur de la République. Entre-temps, une réponse éducative par l'école avait été apportée à la fillette et celle-ci n'avait pas tenu les mêmes propos. De leur côté, les gendarmes l'avaient entendue en présence de ses parents et d'un pédopsychiatre.  Le procureur de la République parle donc d'un "non-évènement".

Apologie du terrorisme, délation et retrouver sa boussole

Mes lecteurs connaissent mon aversion envers le fascisme qu'il soit politique ou religieux et souvent les deux à la fois. Et parler de terrorisme, ce n'est pas appeler un chat un chat. En effet, vouloir génocider le genre humain pour instaurer ses idées, c'est être fasciste. Un point, c'est tout.

Peu dénomment ainsi la barbarie islamiste. Pour ma part, je ne connais que la position des Pionniers de France, organisation de jeunesse à laquelle j'ai appartenu dans un lointain passé. Je vous met en lien leur communiqué dans lequel apparaît cet extrait après l'attentat contre Charlie Hebdo:"Ce crime n'est pas un crime religieux, il est l'oeuvre d'une conception politique de la société, il est l'oeuvre du fascisme".

Sur le terreau fertile, engendrée par la crise que le capitalisme fait subir à notre société, sachons raison garder. Pour autant, dénonçons énergiquement les véritables commanditaires de cet état de fait et leurs laquais. Il n'y a pas de guerre de civilisation, encore moins de religion. En effet, ce sont les musulmans qui sont le plus touchés par cette barbarie. Oui, il n'y a que le capitalisme qui cherche, à tout prix, à conserver son pouvoir et ses privilèges, quitte à s'aboucher avec les pires états. J'ai nommé les dirigeants de l'Arabie saoudite ou du Qatar, finançant, mais pas qu'eux, les criminels fascistes.

En France, la ministre de l'éducation nationale du palais de l'Elysée n'a aucune vergogne pour décrier le travail des personnels de l'école républicaine. Elle et son parti de hors-sol, en entretenant une politique droitière, sont une des causes essentielles de la désespérance, portes grandes ouvertes à l'entrée des fascismes dans la politique ou la religion, sinon les deux à la fois.

Commenter cet article