Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Ce samedi 3 janvier 2015, 106 millions d'euros de taxes collectées pour le compte des Palestiniens n'ont pas été reversés, au lendemain de la demande officielle à l'ONU d'adhérer à la Cour pénale internationale par l'Autorité palestinienne. La CPI est une organisation habilitée à faire comparaître des responsables israéliens pour « crime de guerre ».
 
Il faut savoir que, depuis les Accords d'Oslo conclus en 1993, Israël collecte pour le compte de l'Autorité palestinienne des taxes qu'il lui reverse chaque mois. Ce qui représente près de la moitié du budget palestinien.
Etat observateur à l'ONU depuis fin 2012, la Palestine peut désormais rejoindre des organisations internationales comme la CPI. Le président Mahmoud Abbas a signé, au lendemain du rejet par le Conseil de sécurité d'un projet de résolution palestinienne sur la fin de l'occupation israélienne, 20 conventions, dont le Statut de Rome qui régit la CPI.
Au-delà de cette demande d'adhésion, déposée vendredi aux Nations unies, les Palestiniens entendent revenir avec le même projet de résolution rejeté en début de semaine à New York et qui prévoit la fin sous trois ans de l'occupation israélienne.
 
De leur côté, Israël envisage de poursuivre devant des tribunaux aux Etats-Unis Mahmoud Abbas et "de hauts responsables palestiniens" selon un communiqué transmis samedi à l'AFP.
 
Rappel: Cet été, la guerre israélienne de 50 jours contre Gaza, la troisième en six ans dans cette enclave palestinienne encerclée militairement et économiquement, s'est traduite par le bombardement de bâtiments de l'ONU dont des écoles, la mort de près de 2.200 Palestiniens et de milliers d'autres blessés en grande majorité des civils, la destruction de la distribution d'eau potable et d'électricité, etc.
 
Ni les USA ni Israël n'ont ratifié le traité sur la Cour pénale internationale.
Demande d'adhésion à la Cour pénale internationale: Israël rapine les Palestiniens

Commenter cet article