Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Crise à la CGT: une déclaration de la commission exécutive de l'UD CGT de Paris

Désormais simple syndiqué à la CGT, je veux toutefois demeurer un acteur dans les orientations de mon organisation syndicale de classe et de masse, toujours au service des travailleurs.

Mais franchement, je n'aime pas les tribunes de X contre Y qui ne représentent que leur unique personne. Mieux vaut une réflexion collective dans l'ensemble des organisations syndicales de base. Je ne sais pas encore la position de mon UD CGT des Yvelines ni celle de ma fédération CGT des cheminots pour le Comité confédéral national qui va se tenir. Je le regrette. Dès lors, je vous transcris la position de la Commission exécutive de l'Union départementale CGT de Paris.

Elle a été adoptée après un débat lors de son Comité général. Elle est adressée au Comité confédéral national et à la Comission exécutive de la CGT. Cette déclaration définit le mandat de son représentant au CCN.

ADRESSE DE LA CE DE L’UD AU CCN ET A LA CE CONFEDERALE

Le monde du travail en France et en Europe est sous le feu nourri des politiques libérales les plus acharnées qui entendent ne plus respecter aucune des règles sociales conquises par les générations précédentes. Le projet de loi Macron démontre à nouveau la soumission du  gouvernement aux volontés patronales, à l’image de la loi dite de sécurisation de l'emploi et du pacte de responsabilité, nous en demandons le retrait.

La CGT doit continuer de lutter contre les offensives libérales du patronat et du gouvernement qui remettent en cause  les droits sociaux des salarié-es.

Son orientation est de mener réellement avec combativité nos  campagnes revendicatives avec la ferme intention de les faire aboutir.

C'est à cette tâche que doit se consacrer la direction confédérale, son bureau et le secrétaire général de la CGT.

Le manque d’impulsion confédérale dans les mobilisations contre la loi dite de sécurisation de l'emploi et le pacte de responsabilité, la position prise lors des négociations sur le dialogue social par la direction confédérale sur les seuils sociaux (non débattue en interne et surtout contraire à nos repères revendicatifs) ainsi que la signature de l'accord sur les contrats de sécurisation professionnelle montrent qu'aujourd'hui ce n'est pas le cas.

« La médiatisation à propos de Thierry Lepaon n’est pas l’essentiel. Ce qui compte avant tout, c’est la crise qui s’est instaurée au sein même de la CGT. Il appartient aux organismes statutaires de la première centrale syndicale nationale, d’en débattre franchement afin de rechercher une issue susceptible de préserver la cohésion de la CGT et son aptitude à poursuivre efficacement la lutte pour la défense des intérêts des travailleurs. » (Georges Séguy)

Dans la continuité de son Comité Général qui demandait au C.C.N. de se prononcer pour accorder ou non la confiance au Secrétaire Général de la CGT, la Commission Exécutive de l'UD CGT de PARIS se prononce pour le départ du secrétaire général actuel, Thierry Lepaon. Elle demande au CCN de révoquer le bureau actuel (article 30 des statuts de la CGT) et d’élire un nouveau bureau avec pour feuille de route :

  • Développer les luttes

  • Veiller à l’application scrupuleuse des statuts et à la démocratie interne

  • Convoquer un congrès extraordinaire en 2015 car la gravité de la situation impose des débats de fond sur l’essentiel de notre démarche, de notre orientation, de notre combat syndical et la vie de notre organisation.

Et parce qu'il y a urgence à se mobiliser, la CE de l’UD propose au CCN  de reprendre nationalement son appel à une journée de grèves et de manifestations interprofessionnelles la plus unitaire possible le 26 janvier, premier jour d’examen à l’Assemblée Nationale du projet de loi Macron, pour exiger le retrait du Pacte de responsabilité et l'abandon du projet de loi Macron. 

Commenter cet article