Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Cévennes: quand le privé casse les prix et le rail public

On le sait, sur ordres de l'UE capitaliste, de plus en plus, le privé tracte des trains de marchandises sur les infrastructures ferroviaires publiques payées avec l'argent des citoyens. Ben oui, si on compare les droits sociaux acquis par la lutte des cheminots depuis que le chemin de fer existe, avec l'appétit des sociétés capitalistes, il n'y a pas photo. Il faut dire aussi que le conducteur du privé, moins rémunéré qu'à la SNCF, assure les fonctions à lui seul de plusieurs cheminots. Bonjour la baisse du chômage.

Bref, Le train n°62444, de la société privée Euro Cargo, circulait entre Tarascon et Langeac. Deux wagons, situés en tête, sont sortis des rails sans se renverser. Ils ont continué de rouler derrière les deux locomotives. Conséquences: traverses endommagées, parapets arrachés avec un filet détecteur de chutes de pierres. C'est en percutant les parois de parement d’un tunnel que finalement le train s'est arrêté entre les viaducs de Ribains et de Condres. Nouvelle conséquence: quatre essieux déraillés, deux à une trentaine de centimètres du rail et deux à plus de deux mètres; un wagon éventré.

Pas de victime, mais 2 trains publics de voyageurs en rade. Le trafic est totalement interrompu pour plusieurs jours et la SNCF a mis en place un service d'autocars entre Langeac et Langogne.

Cela tombe bien, les patrons, de ce qu'étaient le rail public français, en avaient plus que marre de cette ligne. Et Macron, le ministre de la banque Rothschild, est également ravi. Un service de car va fonctionner en avance sur son projet de loi.

Dame Ségolène Royal et son sous-ministre chargé des transports n'ont pondu aucun communiqué. Normal, le PS est d'accord avec la concurrence libre et non faussée.

Du coup, petit rappel:

Manifestation des cheminots le 29 janvier à Paris

Les Fédérations CGT et SUD appellent les cheminotes et les cheminots à investir massivement les rues parisiennes. Ensemble, exigeons des négociations sur la réforme de la SNCF, réaffirmons notre opposition au budget 2015 qui prévoit de nouvelles suppressions d’emplois et le gel des salaires.

RDV à PARIS à 12H – Place Iéna

Sans oublier l'action interprofessionnelle du 26 janvier contre le projet de loi Macron!

Commenter cet article