Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Si, Cuba libre y siempre... mais...

On l'oublie, Cuba est en état de guerre permanent contre les USA depuis 1959. Et aujourd'hui encore, l'agression impérialiste contre le peuple cubain n'a jamais cessé.

 

Un peu d'histoire:

Découverte par Christophe Colomb en 1492, l'île devient colonie espagnole jusqu'en 1898, puis un territoire des Etats-Unis jusqu'en 1902 après la Guerre contre l'Espagne.

La population amérindienne fut presque toute décimée dès le début de la colonisation espagnole. L'Espagne avait décidé de faire de l'île une plaque tournante pour son commerce. Par la suite, avec la production du tabac et de la canne à sucre, les propriétaires européens importent plus de 720 000 esclaves africains entre 1792 et 1860, auxquels s'ajoutent les 32 000 déjà dans l'île.

Si les armées des USA quittent l'île en 1902, la République de Cuba, nouvellement créée, reste sous influence de la libre Amérique: bases militaires à Guantanamo et Bahia Honda; les USA sont garants de la constitution avec le droit d'intervenir en cas de révolte. Ce qui fut le cas en 1906, 1909, 1917 et 1919.

Ensuite, les différents gouvernements, conseillés et armés par les USA, ont leurs propres forces pour défendre leur ordre. Cuba est l'arrière-cour de la mafia américaine et les entreprises US s'arrogent le contrôle de ses richesses.

De 1933 à 1940, le sergent Batista, auto-proclamé général, fait et défait les présidents de la République. En 1940, il est élu lui-même président de la République. De 1944 à 1952, deux présidents lui succèdent, toujours sous l'aile protectrice des USA. L'économie est florissante, mais la corruption, la misère et l'insécurité s'aggravent.

En 1952, par un coup d'état militaire, le général Batista va exercer sa dictature. Les USA accroissent leur main-mise sur l'île: Cuba exporte, par l'intermédiaire des sociétés américaines, plus de 80% de sa production de sucre. Toujours par le même biais, Cuba importe 80% des produits made in USA. La libre Amérique, du moins ses sociétés capitalistes, possédent domaines agricoles, mines et industries et 50% de la production du sucre de canne. Ces sociétés possèdent aussi les réseaux d'électricité et du téléphone, comme la totalité des raffinerires pétrolières. Cuba souffre de la misère et de la sous-alimentation, sans école ni hôpitaux.

Batista est renversé par la révolution castriste en 1959, après une lutte armée débutée en 1953.

Si, Cuba libre y siempre... mais...

Dès 1959, les USA multiplient les actions en tout genre contre Cuba. Le 5 mars 1960, le navire français la Coubre, transportant des armes pour la révolution, explose dans le port de la Havane: plus de 100 morts et plus de 200 blessés. Le gouvernement français ignore cet acte terroriste.

Le 17 mars 1960, le président Eisenhover ordonne à la CIA de préparer une statégie pour en finir avec la révolution cubaine. Débutent des attaques armées et terroristes sur l'île.

Le 17 avril 1961, c'est la tentative d'invasion par la baie des Cochons par plus de 2 000 mercenaires armés et conseillés par les USA. Ils sont mis en déroute au bout de 70 heures de combat.

Mais l'impérialisme américain poursuit son agression par des milliers de morts et des milliards de dollars en pertes économiques: bombes dans des lieux publics, dans l'industrie sucrière; introduction de virus; assassinats de fonctionnaires cubains à l'étranger; destruction en vol d'un avion de ligne cubain en 1976. A cela, le blocus total de l'île ordonné par le président Kennedy en 1962 par lequel, de plus, les USA imposent des pénalités financières aux sociétés commerçant avec Cuba. Fidel Castro détient un bien triste record: presque 700 tentatives d'assassinat contre sa personne.

Il y a aussi la nauséabonde propagande américaine radiodiffusée dont un émetteur se situe en France. Le député Chassaigne avait interpellé Aurélie Filippetti, ministre de la Culture alors. Le gouvernement n'a pas répondu et l'émetteur fonctionne toujours.

La CIA et donc toutes ses actions sont sous le commandement direct du président des USA. Et sur Guantanamo, lieu de tortures hors des lois internationales, flotte la bannière de la libre Amérique.

Oui, n'oublions pas que depuis 1959, le patron du capitalisme international impose à Cuba une économie de guerre faite de pénuries, de bricolage et de restrictions. Mais ce petit pays de moins de 12 millions de Cubains est resté toujours debout face à l'impérialisme sauvage de son géant de voisin. Et il est encore plus fort aujourd'hui.

Mais qu'on ne s'y trompe pas. Le capitalisme a toujours plusieurs fers au chaud et ses laquais sur tous les continents soufflent sur les braises. Raison de plus pour rester debout du bon côté de la barricade et de ne pas s'égarer à se tortiller pour humaniser le capitalisme.

Commenter cet article

caroleone 21/12/2014 17:23

Merci pour tout ceci Roger et bonne fin de week-end

Caro