Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Jusqu'à preuve du contraire, Le Monde n'est pas le journal officiel de la CGT. Or, ce vendredi, je suis extrêmement choqué que deux de ses articles fourmillent d'éléments de discussion au Bureau confédéral et autour d'une réunion entre Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT, et 6 fédérations dont la mienne. Le Monde n'est surtout pas à incriminer, il fait son job et chacun déterminera au service de qui.

Mais si des dirigeants préfèrent "causer" dans un journal, plutôt qu'à l'ensemble des syndiqués, ça ne passe pas. La transparence doit être complète du simple syndiqué aux directions fédérales ou nationales, lesquelles ont été élues par un congrés confédéral ou un congrès fédéral, émanations des organisations de la base. A mon avis, ce n'est pas un changement de personne qui est nécessaire, même si j'attends avec impatience la réunion du Comité confédéral confédéral, l'organe souverain de la CGT entre 2 congrès.

C'est un CGT libre, indépendante, de masse et de classe, de la base jusqu'au sommet qu'il faut au monde du travail, qui sache dire haut et fort qui sont nos ennemis de classe et qui collaborent avec eux. Si la CGT n'est pas un parti politique, elle a grandement son mot à dire sur cette question. Elle a tenu toute sa place lors de l'élaboration du programme politique du Conseil National de la Résistance. Elle a été contre l'adoption du Marché commun, l'ancêtre de l'UE, en 1956.

La CGT ne grandit et éclaire les consciences que quand, au-delà du calife qui remplacerait le calife, elle dit la vérité et lutte au service du monde du travail en France, comme en Europe et dans le monde.

Démocratie et démocratouille, transparence et omerta

Commenter cet article