Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

A un consortium chinois dont l'intitulé ne s'écrit pas en mandarin mais dans la langue de Wall-Sreet au pays du billet vert: Shandong Hi Speed Group et Friedmann Pacific Investment Group.

L'aéroport  de Toulouse-Blagnac, dont le patron était l'état, a donc été vendu pour 308 millions d'euros. C'est Macron, le ministre de la banque Rothschild qui l'a annoncé. Oui, pour filer du fric aux patrons qui font mime de défiler dans la rue.

Ledit aéroport avait été financé par le trésor public, c'est à dire par vous et moi assujettis aux impôts et taxes diverses. Avant de le refiler au capitalisme, l''état, toujours vous et moi, l'avait rénové de fond en comble. Toulouse-Blagnac faisait aussi du bénéfice. Mais que voulez-vous, ce n'est que le début d'un rafale de privatisations.

Toulouse est la capitale de la Région Midi-Pyrénées dirigée par le socialiste Malvy et en Haute-Garonne, ça fourmille d'élus du palais de l'Elysée, plus que la misère sur le pauvre monde. Anne, ma soeur Anne, as-tu entendu des voix gronder contre ce sabordage d'un établissement public?  Je ne sais pas plus s'il y a des députés de l'Elysée frondeurs dans le coin.

 

Marie-Noelle Lienemann, sénatrice soc de Paris, une rebelle de chez les rebelles à ce qu'on me bassine, a twetté le 4 décembre à 23h 58: STOP à la vente des actions d'Etat de l'aéroport Toulouse. Les aéroports doivent rester publics. Macron refait le scandale des autoroutes.

Pour la vente, c'est fait ma belle. Et Macron est toujours du parti de la rue Solférino à Paris, Comme François de l'Elysée ou Manu militari Valls. Et vous aussi, ma belle.

Aéroport de Toulouse: Adjugé? Vendu!

Commenter cet article