Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Chaque matin, je lis l'Humanité. On trouvera ça peut-être con. Mais c'est une vieille habitude prise depuis 1968. Bon, c'est vrai que l'Huma, à cette époque, était l'organe central du PCF. Ce qu'il n'est plus de nos jours atones.

En dernière page donc dans l'Humanité d'aujourd'hui, mais en très bonne place, un pavé sous le titre: "Ils n'ont pas honte! Au camp de Dachau, la mémoire volée".

Oui, des dégueulasses ont fauché le monumental portail d'entrée du camp nazi et sa sinistre inscription "Arbeit macht frei" -le travail rend libre-.

206 000 esclaves du reich hitlérien passèrent dessous (opposants politiques, homosexuels, juifs et tsiganes, chrétiens, prisonniers de guerre soviétiques). 41 000 d'entre eux y périrent. Beaucoup d'autres succombèrent après leur libération le 20 avril 1945.

L'Huma nous apprend aussi que ce camp fut ouvert le 22 mars 1933, un mois et demi seulement après l'arrivée au pouvoir d'Hitler. On y apprend également que Léon Blum, "premier ministre français du Front populaire" passa sous le sinistre portail. Avec les premiers Français déportés à l'été 1944 (note de ma pomme).

Et puis c'est tout. Un peu comme si on voulait dédouaner l'indignité du Parti socialiste de cette époque, lequel, dans sa quasi totalité, vota en 1940 les pleins pouvoirs à Philippe Pétain pour qu'il organise son coup d'état et collabore avec la bête nazie.

Si effectivement, plus de 200 000 déportés connurent dans ce camp la barbarie nazie, Dachau fut construit initialement pour les communistes allemands, puis autrichiens. Ce fut même le tout premier camp de concentration nazi en Allemagne. Et la communauté internationale de l'époque s'en est foutue comme de ses premières ignominies. Et pareil pour les socialistes d'Allemagne.

 

Ce qui a valu ce beau poème du pasteur allemand MARTIN NIEMOLLER prisonnier à Dachau:

Quand ils sont venus

Chercher les communistes

JE N’AI RIEN DIT

Je n’étais pas communiste.

Quand ils sont venus

Chercher les syndicalistes

JE N’AI RIEN DIT

Je n’étais pas syndicaliste

Quand ils sont venus

Chercher les juifs

JE N’AI RIEN DIT

Je n’étais pas juif

Quand ils sont venus

Chercher les catholiques

JE N’AI RIEN DIT

Je n’étais pas catholique

Puis ils sont venus me chercher

Et il ne restait plus personne pour protester.

 

Merde, le journaliste de l'Huma, à oublier l'essentiel, on déforme l'histoire. J'ose croire que c'est une erreur de jeunesse et pas de la politique politicienne pour faire croire que tout le monde serait beau et gentil.

Roger Colombier

Vol du portail du camp de concentration nazi de Dachau

Commenter cet article

Lamalice 04/11/2014 19:43

C'est la mode chez les journalistes en ce moment, donner une information sans expliquer les tenants et les aboutissements ni creuser le sujet...

LACORRE BERNARD 04/11/2014 07:57

Bonjour,
Tout à fait d'accord avec votre article sur les camps nazis !
Par contre, à quand un aussi bon article sur les camps russes quand ils étaient communistes ?
L'HISTOIRE n'est pas à sens unique sinon vous n'êtes plus crédible.
Bonne journée