Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Réaction de la CGT aux prétendues « révélations » du Canard enchaîné

Dans son édition du mercredi 26 novembre, le Canard enchaîné rend publique une prétendue « révélation », sur les travaux d’aménagement effectués dans le bureau du Secrétaire général et de ses collaboratrices.

La CGT s’étonne que, depuis plusieurs semaines, une campagne de presse se focalise sur les travaux réalisés dans l’environnement du Secrétaire général. En effet, depuis la construction de la Bourse nationale du travail à Montreuil, la CGT conduit, chaque année, un programme de travaux d’entretien, de rénovation, de modification et de mise aux normes des bâtiments.

Ainsi, par exemple, récemment, des travaux de mise aux normes handicapés du complexe ou encore l’aménagement d’une salle permettant d’accueillir dans les meilleures conditions les militants des territoires ont été entrepris. Vont-ils également faire la Une de la presse ?

A toutes fins utiles, nous rappelons, une fois encore, que les comptes de la CGT, publiés et consultables sont doublement audités, par un commissaire aux comptes indépendant et par une Commission financière de contrôle, élue par le congrès des syndicats de la CGT.

Celle-ci s’emploie actuellement à faire toute la lumière sur les dysfonctionnements concernant le montant et l’engagement des dépenses de la confédération.

La CGT ce sont des centaines de milliers de femmes et hommes qui s’engagent chaque jour pour défendre des valeurs de progrès et les intérêts du monde du travail, bien loin de l’image que le Canard enchaîné essaie d’entretenir par ses « révélations ».

Montreuil, le 25 novembre 2014

Quand un volatile fait couac couac de travers

Note de ma pomme: Bon, je laisse le Canard dans sa mare avec tous ses cousins. Je vous voulais faire un commentaire. Mais les mots de Paul Eluard résonnent toujours aujourd'hui.

Bêtes et méchants

Venant du dedans 
Venant du dehors 
C’est nos ennemis 
Ils viennent d’en haut 
Ils viennent d’en bas 
De près et de loin 
De droite et de gauche 
Habillés de vert 
Habillés de gris 
La veste trop courte 
Le manteau trop long 
La croix de travers 
Grands de leurs fusils 
Courts de leurs couteaux 
Fiers de leurs espions 
Forts de leurs bourreaux 
Et gros de chagrin 
Armés jusqu’à terre 
Armés jusqu’en terre 
Raides de saluts 
Et raides de peur 
Devant leurs bergers 
Imbibés de bière 
Imbibés de lune 
Chantant gravement 
La chanson des bottes 
Ils ont oublié 
La joie d’être aimé 
Quand ils disent oui 
Tout leur répond non 
Quand ils parlent d’or 
Tout se fait de plomb 
Mais centre leur ombre 
Tout se fera d’or 
Qu’ils partent qu’ils meurent 
Leur mort nous suffit.

Paul Eluard (1895-1952)
Au rendez-vous allemand

Commenter cet article