Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Louis Barthas (1879-1952) n'est pas un intellectuel, un officier ou l'un de ces illustres personnages qui ont écrit sur la Première Guerre mondiale.

A 35 ans, il est tonnelier dans son petit village de l'Aude: Peyrac-Minervois. Lors de la déclaration de guerre, il est versé dans la Territoriale. Vu son âge, selon le réglement militaire, il assurera l'ordre public en France, les plus jeunes des classes mobilisées, eux, partent au front pour une guerre qui sera courte et victorieuse, autour de l'Union sacrée.

Mais ce sont les troupes allemandes qui envahissent la France et pas le contraire. Et devant les hécatombes décimant l'armée française, Louis Barthas subit l'enfer des tranchées dès novembre 1914. Hélas, le grand massacre perdurera jusqu'à l'Armistice du 11 novembre 1918. Auguste Colombier, mon grand-père, quittera également son Aude natale en mai 1917 pour la guerre. Appelé au combat parce qu'on avance la mobilisation des jeunes générations, il n'a pas encore 19 ans.

Louis Barthas était pacifiste et antimilitariste avant d'être appelé pour défendre la patrie. Il a participé à la création du syndicat CGT des ouvriers agricoles dans l'Aude. Tout au long de la guerre, il gardera intact ses idéaux dans son coeur.

Il a rempli 19 cahiers d'écoliers dès son retour à la vie civile, plus de 500 pages de ses notes prises sous l'uniforme, en accomplissant toujours son devoir. Remarquables sont ses lignes sur la fraternisation sur le front entre soldats ennemis, ou sur les ordres assassins des officiers français. La guerre de 14-18 ne fut ni courte ni heureuse. Une histoire que les livres officiels d'histoire n'enseignent pas.

A lire et à relire Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918, avec une préface de Rémy Cazals, historien et professeur émérite d'histoire.

Louis Barthas, tonnelier audois, dans l'enfer de la Première Guerre mondiale

Commenter cet article