Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Vous ne le savez peut-être pas, mais une Française est la big chef de la Confédération européenne des syndicats: Cocorico!

Bernadette Ségol est favorable au "dialogue social entre partenaires sociaux", c'est à dire jacter, hors de la lutte des classes, entre le patronat et les exploités. Aïe, me direz-vous, serait-ce que notre compatriote est adhérente de la Cdft, la béquille syndicale du palais de l'Elysée de gôche?

Pas du tout et surtout pas non plus de la CGT.

Ben alors, quelle est sa carte syndicale pour diriger le gros truc machin regroupant les syndicats européens qui ne fait jamais de déclaration de solidarité avec des travailleurs en lutte, comme lors de la grève des cheminots par exemple, ou le combat des travailleurs de la SNCM? Est-elle adhérente alors à un syndicat autonome de la Gaule, genre UNSA? Que nenni messires.

Bernadette Ségol n'a été syndiquée à aucune organisation syndicale française. Pourvue d'un diplôme en philosophie, elle a bossé pour la Fédération internationale du textile, de l'habillement et du cuir de 1974 à 1985. Bosser pour une organisation internationale, sans avoir travaillé dans le dur ni posséder l'ombre d'une carte syndicale, faut quand même le faire, non? Ensuite, de fil en aiguille si j'ose dire, là voilà depuis mai 2011, big boss de la CES.

Elle y est toujours.  A 65 ans. La française Bernadette Ségol est-elle favorable à la retraite à 60 ans pour tous et à 55 ans pour les travaux pénibles? J'espère que non. On a toujours besoin d'une lumière pour éclairer les luttes. Surtout en ce moment où la droite et la social-démocratie dirigent l'UE pour le seul profit du capitalisme.

Allez, c'est la lutte finale...

On peut le faire!

On peut le faire!

Commenter cet article