Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Jean-Claude Juncker, ex-premier ministre du grand duché du Luxembourg, est le chef de la Commission européenne que les chefs d'état et de gouvernement de l'Europe capitaliste se sont donnés.

Et pour la France, le PS, la droite et le patronat ont validé Pierre Moscovici, ex-ministre des Finances, comme commissaire européen chargé justement des finances. Comme ça, la boucle est bouclée.

Mais revenons au grand duché du Luxembourg, un des états fondateurs de l'UE: c'est un paradis fiscal. Même Emmanuel Macron, le ministre de la banque Rothschild, le dit.

Et bien dans ce grand duché, des milliards d’euros de recettes fiscales s'évaporent grâce à des accords fiscaux secrets. Plus de 300 multinationales concernées, parmi lesquelles des stars de l’économie comme Apple, Amazon, Heinz, Pepsi, Ikea, Deutsche Bank, mais aussi pour la France de François Hollande et du CAC 40 Axa ou le Crédit agricole. C'est une enquête de ICIJ qui le révèle.

Ces groupes réalisent des milliards d’euros d’économie chaque année grâce à la création d’une holding ou d’une filiale au Luxembourg avec très peu d’activités et de salariés. Ils lèsent donc les Etats où ces profits sont effectivement réalisés.

"Ces accords fiscaux recouvrent des opérations d’ampleurs et de natures très différentes. Ces dernières vont du déplacement d’un siège social au Luxembourg à la création d’entités ad hoc destinées à porter des actifs ou à réaliser des acquisitions. Toujours stratégiques, ces opérations visent un but unique : acquitter l’impôt le plus faible possible, sinon obtenir une exonération totale," dixit Rue89.

Bon, on peut pas déclarer la guerre au Luxembourg et à sa finance. C'est un état démocratique de chez démocratique. Et puis ça ne plairait pas à Jen-Claude Juncker, le grand boss de la Commission européenne... Mais ça je l'ai déjà dit.

Allez Juncker, allez Juncker, allez...

Commenter cet article