Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

 Le jeune étudiant Rémi Fraisse a bien été grenadé à mort.

Son décès serait dû à l'explosion d'une grenade offensive que détiennent dans leur arsenal les gendarmes présents sur les lieux. Des trace de TNT ont été retrouvées sur les vêtements du jeune homme de 21 ans. Et comme le TNT figure dans "les grenades offensives utilisées par les gendarmes", a déclaté le procureur de la République, l'enquête s'oriente dans ce sens.

"Je n'accepterai pas la mise en cause des policiers ou des gendarmes", s'était égosillé urbi et orbi Manuel Valls, grand vizir de l'Elysée, de suite après la mort de Rémi Fraisse et sans un mot sur lui.

Bernard Cazeneuve, le toujours bien fringué ministre de l'Intérieur et donc chef des forces de l'ordre du palais de l'Elysée, n'avait pas plus ouvert son bec sur le décès tragique d'une jeune homme de 21 ans.

François 2, notre grandeur que la France s'est donnée en mai 2012, s'est fendu hier de son premier communiqué. Il demande à ses sujets de "la compassion". Et c'est tout?

 

Mais voyons plus clair au sujet de ce barrage si controversé dans ce département du Tarn hier patrie de Jean Jaurès et aujourd'hui fief du parti à la rose.

Des études avaient été effectuées en 1993 et 2000. Mais le projet est de nouveau étudié en 2005. En novembre 2012, donc après l'accession au trône républicain de François Hollande, un enquête publique pour l'irrigation d'une culture extensive et donc capitaliste, au détriment de la nature et des gens, émet un avis favorable. Mais on subordonne cet avis à celui de deux organismes: le Conseil scientifique régional du patrimoine naturel dit oui au projet, tandis que le Conseil national de la protection de la nature dit non. La préfecture du Tarn tranche et déclare le projet de barrage d'intérêt général. A l'époque son ministre de tutelle est Manu militari Valls. Mais 2 ministres du gouvernement sont du Parti du Tournesol, la fleur de la plante qui tourne avec le vent soleil. Le conseil général du Tarn, dirigé par le PS avec un vice-président coco, dit aussi bravo.

Fin octobre 2013, des opposants au barrage occupent les lieux. Cécile Duflot et Pascal Canfin, ministres écolos, sont toujours au gouvernement. Le 12 février 2014, le préfet du Tarn autorise la capture des animaux protégés de la zone et le déboisement des lieux, les camarades Cécile et Pascal toujours dans leurs fauteuils ministériels. Le 27 février 2014, la Justice, sous demande du Conseil général du 81, ordonne l'expulsion des opposants. La gendarmerie de Manuel Valls intervient alors. Mais Cécile et Pascal s'accrochent toujours à leurs maroquins de ministres de François 2.

Aujourd'hui, Cécile Duflot a pris ses cliques et ses claques. Enfin, pas tout à fait, puisqu'elle et les siens s'abstiennent à l'Assemblée nationale pour ne pas faire tomber ce gouvernement de merde. Mais sur le barrage de Sivens, elle vient de lever haut la bannière de la révolte contre ces méchants du palais de l'Elysée et leurs vilains laquais.

Merde, Roger, tu es en train encore de dénigrer les ceux avec qui on pourrait s'allier pour une gauche plurielle façon bis. Ce n'est pas gentil de ta part. Surtout, tu n'y comprendras jamais rien en politique.

Dans la nuit du samedi au dimanche, Rémi Fraisse succombait sous l'effet d'une grenade

Dans la nuit du samedi au dimanche, Rémi Fraisse succombait sous l'effet d'une grenade

Commenter cet article

27démocratieréelle23 29/05/2017 13:21

Encore un "tragique accident" dont PERSONNE n'est responsable,pas même le chef du gouvernement comme si la police était hors de tout contrôle...Pourtant les grenades de désencerclement,du fait de leur dangerosité,ont été supprimées de la panoplie des forces de l'ordre.De quel côté se trouvent la haine et la diffamation ?Selon les sinistres dirigeants de notre démocratie en faillite il n'y a pas de doute:du côté de celles et ceux qui veulent préserver la planète d'un capitalisme destructeur et inhumain!Ils assassinent impunément et couvrent d'insultes ....les victimes.Rémi Fraisse avait donc bien raison.

Marie 29/10/2014 08:28

Certains écologistes ont défendu une "Transition énergétique" qui va se conclure par le transfert au privé des centrales hydrauliques, du réseau de transport et certainement du reste dans pas longtemps, je me dis qu'il y a vraiment dérangement.
Au lieu de dénationaliser ce qui nous appartient encore, il eut été préférable de nationaliser la recherche et le développement des énergies renouvelables et donc privilégier l'intérêt général, plutôt que privilégier l'intérêt des lobbies, dont le seul but est de faire du fric sans considération des besoins réels, tout en se foutant de l'environnement.
Lobbies dont la politique spéculative sur l'énergie, nous conduira très prochainement à la bougie !